Apple fait face à des difficultés passagères, mais un avenir radieux l’attend toujours, selon un économiste

Cette semaine, l’action d’Apple a atteint son plus bas niveau depuis juin 2021. Certains y voient le début des ennuis sérieux pour la firme de Cupertino, d’autres qu’un ralentissement temporaire.

Pourquoi est-ce important ?

Contrairement aux autres Big Tech, Apple est parvenu à faire face aux perturbations macroéconomiques de ces derniers mois. L’entreprise à la pomme n’a en effet pas trop souffert, mais alors qu’elle a été un temps pénalisée par la politique Zéro-Covid en Chine, la levée de celle-ci fait craindre le pire.

L’actualité : Angelo Zino, analyste industriel principal de la société américaine CFRA Research, se montre très optimiste quant à l’avenir d’Apple, malgré les dernières déceptions à son sujet.

Contexte : l’entreprise à la pomme souffre des perturbations en Chine.

  • Ces derniers mois, l’Empire du Milieu a fait face à une recrudescence de cas de coronavirus. Cela a eu un impact direct sur la production d’iPhone.
    • Un impact tellement important qu’Apple a été contraint de faire une déclaration à ce sujet, avouant que certains pourraient ne pas trouver d’iPhone 14 Pro à mettre sous le sapin de Noël.
  • Une annonce qui n’a évidemment pas rassuré les investisseurs.
  • Mais alors que le gouvernement chinois a levé les restrictions liées au Covid, suite aux manifestations de la population, le virus semble circuler de plus belle, impactant de nombreuses entreprises, dont Apple.
  • Les employés de ses fournisseurs tombent malades et ne viennent donc pas travailler, ralentissant toujours plus la chaine de production.

Apple reste un géant

Malgré le contexte et ses effets directs sur l’action d’Apple, Angelo Zino reste confiant.

  • « Apple est le plus grand nom américain, et nous pensons qu’il s’agit de beaucoup plus de risques de gros titres qu’autre chose », a-t-il ainsi déclaré à CNBC.
  • Selon lui, le véritable risque pour le cours d’une action est sa couverture médiatique négative, comme ce fut le cas pour la firme de Cupertino, suite à sa récente chute.

« En fin de compte, Apple fera tout ce qui est en son pouvoir pour défendre son entreprise aussi longtemps que possible dans différentes régions géographiques »

Angelo Zino
  • L’impact des ralentissements en Chine sur le chiffre d’affaires devrait être limité en Europe et aux États-Unis, soit moins de 1 %.
  • La firme à la pomme pourra encore compter sur la fidélité de ses clients, assure-t-il.

« Nous pensons que beaucoup de consommateurs sont des créatures d’habitude et ne s’éloigneront pas nécessairement de ce qu’ils ont fait historiquement sur l’écosystème d’Apple »

Avis contraires

Un optimisme qui n’est pas partagé par les analystes de JPMorgan Chase qui estiment qu’Apple est bel et bien dans une situation descendante.

  • Le déficit d’approvisionnement en iPhone – produit phare d’Apple – devrait se poursuivre un moment encore, mais surtout peser sur le résultat saisonnier de l’entreprise qui est traditionnellement élevé en fin d’année.
    • D’autant plus que certains des derniers modèles ne rencontreraient pas le succès espéré.

« Alors que l’extension rapide des délais de livraison de l’iPhone 14 Pro/Pro Max a ralenti et a en fait commencé à se modérer ces dernières semaines, elle reste toujours élevée par rapport aux délais de livraison observés avant l’épidémie de COVID à Zhengzhou », a déclaré Samik Chatterjee, analyste au sein de la banque d’investissement, dans une note aux investisseurs.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20