93 avions de chasse chinois pénètrent dans l’espace aérien taïwanais : « Préparation à un conflit armé »

Le week-end dernier, un nombre record d’avions chinois ont survolé l’espace aérien de Taïwan. L’État insulaire démocratique se prépare à un scénario de guerre, bien qu’une invasion chinoise semble encore peu probable selon les experts. Pendant ce temps, TSMC, le plus grand fabricant de puces du monde, prévient que la paix dans la région est cruciale pour maintenir la chaîne d’approvisionnement mondiale en puces informatiques.

Pourquoi est-ce important ?

Le fait que la Chine s'efforce systématiquement d'intimider militairement Taïwan est devenu un fait banal. Pourtant, l'intensification de la pression chinoise sur Taïwan est un énorme casse-tête pour la paix mondiale et les marchés mondiaux. Taïwan n'est pas seulement un important bastion démocratique en Asie, c'est aussi le plus grand producteur de puces informatiques. Les semi-conducteurs taïwanais sont des produits rares et difficiles à fabriquer, qui constituent un ingrédient essentiel des gadgets technologiques et des voitures électriques.

La République populaire de Chine a célébré son 72e anniversaire vendredi dernier. Pour marquer les jours fériés, l’armée de l’air chinoise a fait jouer ses muscles en violant 38 fois l’espace aérien taïwanais. Un jour plus tard, 39 autres avions de chasse sont entrés sur le territoire de l’État insulaire. Dimanche, 16 autres avions de chasse ont survolé Taïwan. Jamais auparavant les Chinois n’avaient agi avec autant de sauvagerie contre Taïwan.

Le ministre taïwanais des Affaires étrangères, Joseph Wu, a réagi aux intrus avec colère, mais défiance. « La défense de Taïwan est notre responsabilité, et nous sommes prêts à défendre l’île. Si la Chine déclenche une guerre avec Taïwan, nous nous battrons jusqu’au bout. Je suis sûr qu’ils vont également subir d’énormes pertes », a déclaré M. Wu dans une interview accordée à la presse australienne. Wu a également proposé de travailler avec l’Australie pour mieux préparer Taïwan à un scénario de guerre.

« Une partie de leurs préparations pour un conflit armé »

Depuis la fin de la guerre civile en Chine en 1949, deux gouvernements différents sont en place à Pékin et à Taipei, qui estiment représenter « la vraie Chine ». Toutefois, le gouvernement communiste de Pékin considère Taïwan (24 millions d’habitants) comme une partie inséparable du territoire de la République populaire. Le président chinois Xi Jinping n’exclut pas que le Parti communiste doive un jour recourir à la force militaire pour « libérer » Taïwan.

En conséquence, l’Armée populaire de libération de la Chine (APL) a reçu l’ordre de se préparer à une guerre dans le détroit de Taïwan. « Il n’est donc pas non plus surprenant que l’armée chinoise continue de pénétrer dans l’espace aérien taïwanais. Cela fait simplement partie de leurs préparatifs en vue d’un conflit armé », a déclaré Derek Grossman, analyste militaire à RAND Corp, dans une interview accordée à CNN.

Une éventuelle invasion chinoise de Taïwan fait l’objet de discussions depuis plusieurs années. Cependant, pour l’instant, il reste irréaliste que la Chine puisse simplement prendre l’île, estiment la plupart des experts. « La Chine n’est tout simplement pas prête pour une confrontation de cette ampleur. Des milliers de jeunes soldats perdraient la vie dans une telle invasion et les conséquences politiques pourraient être fatales pour le parti communiste. Ils ne le savent que trop bien », a déclaré l’année dernière Brian Hioe, journaliste taïwanais et militant des droits civiques.

« Il est temps pour la communauté internationale de prendre au sérieux la sécurité de Taïwan ».

Dans une interview accordée à l’agence de presse Bloomberg, le ministre taïwanais de l’Économie, Wang Mei-hua, a exhorté la communauté internationale à prendre plus au sérieux la sécurité de Taïwan. « De cette façon, Taïwan peut continuer à offrir ses services stables à tout le monde », a déclaré M. Wang.

L’homme politique taïwanais fait référence à l’énorme production de puces informatiques de l’État insulaire, plus précisément de semi-conducteurs. La société technologique taïwanaise TSMC fournit au moins 58 % de toutes les puces informatiques dans le monde. Sans ces puces, la production de smartphones, de tablettes, d’appareils ménagers ordinaires et même de voitures électriques serait impossible.

Depuis que l’île a dû faire face à une grave sécheresse l’été dernier, la chaîne d’approvisionnement mondiale en puces informatiques a perdu une grande partie de son activité. En conséquence, les plus grands géants technologiques du monde ont régulièrement dû ralentir, voire arrêter temporairement, leur production.

« Tout le monde souhaite la paix dans le détroit de Taïwan, car cela profiterait à tous les pays du monde. Mais il est également crucial de ne pas perturber la production mondiale de semi-conducteurs à Taïwan », a déclaré Mark Liu, directeur général de TSMC, dans un discours prononcé en juillet.

Lire aussi:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20