5 stratégies de santé publique à mettre en place pour éviter une nouvelle pandémie

Le Covid-19 ne sera pas la dernière pandémie que connaitra le monde, les scientifiques en sont sûrs. De plus en plus de nouvelles maladies vont émerger dans les prochaines décennies. C’est pourquoi il faut se tenir prêt bien avant que cela n’arrive. Ces 5 stratégies devraient nous aider à éviter, ou du moins à limiter, la prochaine pandémie.

Le coronavirus qui frappe notre monde depuis un an est une zoonose selon les scientifiques. Cela signifie qu’il s’agit d’une maladie qui est passée d’un animal à l’humain. Et avec la destruction massive de leurs espaces naturels, les animaux sont de plus en plus proches des humains et peuvent donc leur transmettre plus rapidement leurs maladies. De nouvelles pandémies sont donc à prévoir.

Il est donc important de commencer à se préparer rapidement pour éviter tous les problèmes que nous avons connus au début de la pandémie de Covid-19. Tiffany A. Radcliff, professeure de politique et de gestion de la santé, et Angela Clendenin, professeure d’épidémiologie et de biostatistique à la Texas A&M University ont établi une liste de 5 stratégies à mettre en place pour se préparer à une nouvelle pandémie.

1. Maintenir les systèmes en place

Dans le domaine de la protection de la santé publique, de très bonnes choses sont déjà en place. Notamment, la surveillance mondiale des maladies. Chaque pays est censé prévenir l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dès qu’un cas, d’une maladie présente sur la liste de surveillance, est détecté. De cette manière, les données sont rassemblées à un même endroit pour détecter le début d’un cluster.

Au niveau national, les médecins, les hôpitaux et les laboratoires doivent avertir les autorités locales lorsqu’ils sont confrontés à un cas suspect. Les services de la santé publique seront alors chargés de faire une enquête sur les origines de la maladie.

Aux États-Unis, il existe aussi des réserves stratégiques de produits médicaux. Ces mêmes réserves qui nous ont cruellement fait défaut au début de la pandémie. Le personnel infirmier belge manquait par exemple de masques, de gants ou encore de combinaisons de protection pour éviter les infections.

Ces systèmes, quand ils sont utilisés correctement, fonctionnent. Il faut donc les maintenir opérationnels. Et cela passe par des financements corrects, des formations du personnel et une bonne gestion du système. Même lorsque tout va bien.

2. Communiquer avec le public

S’il y a bien un problème que la pandémie de Covid-19 a mis en exergue, c’est la communication. Il faut parler au public pour lui expliquer ce qu’il se passe. Et surtout, il faut être clair et précis lorsque les mesures sont annoncées. Cela permet au public de savoir clairement ce qu’il peut ou ne peut pas faire.

En Belgique, les problèmes de communication n’ont pas manqué. Les autorités ont beaucoup communiqué, mais peut-être un peu trop. Certaines déclarations se sont contredites, ce qui a donné une image floue de la situation. En outre, les conflits entre scientifiques et politiques dans les médias se sont multipliés. La population ne savait finalement plus à quel saint se vouer.

Selon Radcliff et Clendenin, pour bien se préparer, les politiques doivent définir des stratégies de communication fiable. Ils doivent également penser aux populations défavorisées pour leur offrir une aide personnalisée. Et aussi, il faut tenter d’avoir une communication la plus globale possible. Si dans un même pays, chaque région a des règles différentes, cela entrave la communication.

3. Se préparer aux catastrophes

Tout comme une entreprise va réaliser des exercices incendies, une région ou un État doit se préparer aux catastrophes et s’entrainer en conditions réelles. Faire des exercices permet de coordonner les secteurs concernés (soignants, pompiers, services publics, armée, etc.). Chacun doit connaitre ses responsabilités et ce qu’il a à faire en cas de pandémie.

Ces exercices permettent aussi de relever les manquements dans la préparation. Les stocks de produits médicaux sont peut-être insuffisants. Certains membres du personnel ne sont peut-être pas formés suffisamment pour faire face aux tâches qui leur seront demandées en cas de crises.

Il ne faut pas non plus oublier que plusieurs catastrophes peuvent arriver en même temps. La Californie a dû gérer d’impressionnants feux de forêt en même temps que la pandémie. L’Inde a fait face à d’impressionnantes inondations alors que la population se débattait contre le Covid-19.

4. ‘Analyse après action’

Il faut toujours tenter de tirer des leçons de nos erreurs. Il est donc important, après une grosse crise, de faire une ‘Analyse après action’, avec les secteurs concernés. Le but est de souligner les points problématiques pour essayer de leur trouver une solution et ainsi ne plus les revivre lors de la prochaine crise.

L’Union européenne n’a d’ailleurs pas attendu la fin de la crise du Covid-19 pour en tirer certaines leçons. Elle a de ce fait créé une réserve stratégique européenne, dont la Belgique est l’un des pays d’accueil.

Les solutions trouvées doivent être intégrées au plan catastrophe et tester lors des exercices, afin d’éviter qu’elles ne créent de nouveau problème.

5. Instaurer de nouvelles normes

Il est possible de créer de nouvelles normes dans la vie de tous les jours qui limiteront l’impact des futures pandémies. Certaines de ces normes ont déjà été imposées par la crise du Covid-19. Par exemple, porter un masque dans notre vie de tous les jours nous protège contre d’autres maladies que le coronavirus.

Les compétences en télétravail ou en scolarité à distance que nous avons dû maitriser en quelques mois seront aussi très utiles si une nouvelle maladie devait apparaître. Les analystes suivent également les progrès dans les technologies médicales pour les implanter dans les services quand elles seront prêtes et pouvoir encore améliorer les services.

Toutes ces choses qui nous paraissaient si loin il y a un an et qui sont aujourd’hui devenues notre nouvelle normalité nous permettront d’être un peu plus prêts à affronter une nouvelle maladie.  

Lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés