Xi Jinping lie l’armée à lui-même… et il a de grands projets

Xi Jinping monte à bord du porte-avions Shandong, le premier porte-avions construit en Chine. Sous Xi, le militarisme chinois a pris son envol. – Photo : Xinhua/Li Gang – Li Gang

La Chine a procédé à plusieurs changements législatifs, plaçant le contrôle total de l’Armée populaire de libération entre les mains de la Commission militaire centrale (CMC), présidée par le président chinois lui-même, Xi Jinping. D’autres tendances suggèrent que le leader chinois a l’intention d’utiliser l’armée pour faire avancer son programme mondial.

Après deux ans de débats, l’Assemblée populaire nationale, le parlement chinois, a adopté d’importants amendements le 26 décembre. En conséquence, le pouvoir sur l’armée est passé du Conseil des affaires de l’État – le gouvernement chinois, pour ainsi dire – au CMC, un organe du Parti communiste que tient fermement Xi Jinping entre ses mains.

De facto, le président à vie peut désormais décider lui-même de mobiliser des troupes pour ‘défendre l’intérêt national’, tant sur le plan intérieur qu’à l’étranger. De même, le ‘désordre’ et la protection des ‘intérêts du développement’ ont été ajoutés comme raisons légitimes pour déployer des troupes.

Des ambitions mondiales

Depuis les années 1990, la principale raison d’être de l’Armée populaire de libération est de sécuriser les frontières et de contrôler les mers environnantes. Cependant, plusieurs éléments indiquent que les ambitions militaires de Pékin se sont étendues sous le règne de l’ambitieux Xi Jinping.

Au cours de l’année écoulée, il est déjà apparu clairement que l’Armée populaire de libération s’était renforcée pour faire avancer le programme mondial de Xi. La marine, par exemple, s’est lourdement armée, menaçant l’hégémonie américaine en mer. Une évolution à surveiller, car les États-Unis tirent leur domination militaire mondiale en grande partie de leur domination maritime.

‘Tous les citoyens doivent renforcer leurs idées sur la défense nationale et améliorer leurs compétences en matière de défense nationale.’

Un fonctionnaire chinois de la Commission militaire centrale sur les changements législatifs

Le lendemain de l’approbation des changements législatifs par le Congrès du peuple, le Global Times, un journal anglophone appartenant au Parti communiste, a écrit sur la nécessité de ‘renforcer les capacités de défense de la Chine, y compris sa capacité à les utiliser à l’étranger à des fins équitables’. Il a même été suggéré que les citoyens chinois se tiennent prêts au combat : ‘Tous les citoyens devraient renforcer leurs idées sur la défense nationale et améliorer leurs compétences en matière de défense nationale’.

‘Gardien de la paix mondiale’

Selon le gouvernement chinois, les changements législatifs sont un moyen de ‘jouer un rôle unique dans la protection de la paix mondiale à un moment où les forces du mal la ravagent’.

Aux yeux de Pékin, ces forces du mal sont les États-Unis, bien sûr. Selon les observateurs militaires, il s’agit déjà en partie d’une réaction à la politique américaine d’endiguement de l’avancée chinoise.

À Taïwan, par exemple, on est assez inquiet de ces toutes dernières évolutions. L’île n’est pas reconnue par la Chine comme un pays indépendant, Pékin considérant Taiwan comme une province renégate de la République populaire.

Sous Trump, cette question est devenue très sensible. Le président américain a renforcé les liens diplomatiques avec la république dissidente. Une rupture avec la politique d’une seule Chine que les présidents américains avaient suivie jusqu’alors. Depuis lors, le sujet a également été considéré comme militairement inflammable. Les amendements relatifs à l’utilisation des forces armées pour réprimer les troubles nationaux sont considérés comme une menace directe à Taïwan.

Symbiose économico-militaire

Un autre objectif important de la nouvelle législation sur la défense peut être déduit du texte: ‘la protection des intérêts du développement’ comme motif de déploiement de troupes militaires. L’objectif chinois de devenir LA superpuissance militaire et économique d’ici 2050 est bien connu. Pour ce faire, Xi Jinping veut utiliser une stratégie dans laquelle les infrastructures militaires et économiques sont intimement liées.

‘D’ici dix ans, il est presque certain que la Chine aura déployé des unités navales partout dans le monde’

Ian Easton, directeur du think tank Project 2049, à l’agence de presse Reuters

L’année dernière, par exemple, la Chine et le Cambodge ont conclu un accord secret permettant à la marine chinoise d’utiliser une installation portuaire sur la côte cambodgienne. Elle a été construite par des entreprises chinoises dans le cadre de l’initiative ‘Belt and Road’, le gigantesque programme d’investissement de Pékin.

Le spécialiste américain de la défense Timothy R. Heath a écrit que ‘les installations signalées au Cambodge correspondent à un modèle déjà observé au Sri Lanka, au Pakistan et au Myanmar, où des entreprises publiques chinoises construisent des installations à double usage qui peuvent également soutenir des opérations militaires’.

Bases militaires étrangères

La Chine affirme qu’elle ne cherche pas à établir des bases militaires à l’étranger, comme le font les États-Unis. Elle se concentre toutefois sur les ‘bases stratégiques’. Heath affirme qu’il n’y a guère de différence entre les deux. Les bases chinoises fournissent un ‘soutien logistique pour les opérations militaires à l’étranger, ou servent de bases avancées pour le déploiement de forces militaires à l’étranger’.

La première ‘base de soutien’ à l’étranger ouvertement construite par l’Armée populaire de libération se trouvait à Djibouti en 2017. L’année dernière, le Washington Post a publié un article sur un avant-poste chinois secret au Tadjikistan.

‘Dans dix ans, la Chine aura presque certainement déployé des unités navales dans le monde entier’, a déclaré Ian Easton à Reuters l’été dernier. Il est le directeur du Projet 2049, un groupe de réflexion qui traite des questions de sécurité en Asie de l’Est. Pékin prévoit d’envoyer des unités militaires là où ses intérêts stratégiques mondiaux l’exigent. Une tactique qui a parfaitement fonctionné pour le leader militaire et économique mondial d’aujourd’hui.