Voici le carburant idéal pour un transport maritime durable

Les cargos pourront bientôt naviguer de manière totalement verte en utilisant de l’ammoniac à la place du mazout lourd. Cela ne nécessite que quelques ajustements du moteur. La scientifique Andrea Gruber, du centre de recherche norvégien SINTEF, a démontré, à l’aide du superordinateur « Betzy », que l’ammoniac peut aider le transport maritime à devenir respectueux de l’environnement.

Ces calculs complexes nécessaires au modèle de simulation de l’ammoniac n’ont été rendus possibles que par l’aide de ce superordinateur « Betzy ». Avec un ordinateur portable ordinaire, les calculs auraient pris 1168 ans. « Betzy » a terminé le travail en dix jours.

Actuellement, 90 % de tous les porte-conteneurs sont alimentés par du mazout lourd (HFO). Lors d’un long voyage, un grand navire peut émettre environ 5.700 tonnes de CO2. La combustion du mazout lourd émet également de grandes quantités de substances polluantes. Il s’agit notamment des oxydes d’azote (NOx) et du soufre (SOx), ainsi que des particules de suie et d’autres substances chimiques qui sont nocives pour les humains, les animaux et l’environnement.

Cargos

L’ammoniac présente un certain nombre d’avantages par rapport à l’hydrogène, un autre combustible de substitution. Il reste liquide à température ambiante et à pression modérée, par exemple dans les bouteilles de gaz ordinaires. Un mètre cube d’ammoniac liquide fournit environ 50 % d’énergie en plus que le même volume d’hydrogène liquide. En outre, de bonnes installations de production et de bons réseaux de distribution existent déjà pour l’ammoniac. Il est donc relativement facile de l’introduire comme combustible dans le monde entier.

Le plus grand inconvénient de l’ammoniac c’est qu’une fuite, aussi petite soit-elle, entraine des complications gênantes. Cela est dû à son odeur désagréable et pénétrante et à son effet irritant sur nos muqueuses. En outre, l’exposition à de fortes concentrations d’ammoniac pendant de longues périodes est mortelle, comme c’est le cas pour de nombreux autres produits chimiques.

Équipage professionnel

Pour ces raisons, les chercheurs estiment que l’ammoniac est mieux utilisé sur les cargos ou autres navires sans passagers exploités par des équipages professionnels. L’expertise est déjà disponible grâce à une grande flotte de navires frigorifiques qui utilisent l’ammoniac pour réfrigérer les denrées périssables ou aux pétroliers qui transportent de l’ammoniac comme cargaison principale.

L’ammoniac étant déjà largement utilisé dans l’agriculture, il est également envisagé de faire fonctionner certaines machines et outils agricoles à l’ammoniac dans un avenir relativement proche, son utilisation étant prévue pour l’agriculture et la nature inexploitée.

Décomposition

Comme l’ammoniac pur ne brûle pas bien, les chercheurs ont imaginé un moyen de décomposer partiellement l’ammoniac. Ceci est possible à une température d’environ 400°C. L’ammoniac est constitué d’un atome d’azote et de trois atomes d’hydrogène. La décomposition partielle produit un combustible composé d’ammoniac, d’azote et d’hydrogène.

L’hydrogène aide à démarrer le processus de combustion et l’accélère, de sorte que le combustible disponible est pleinement utilisé (rendement de la combustion). « Le fait que l’agent de fonctionnement dans le processus de combustion soit l’air rend la mise à l’échelle du processus relativement facile et bon marché, et adaptable même aux plus grands navires de charge », explique M. Gruber.

Pour aller plus loin :

Plus
François Normand
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20