Le Brexit franchit une étape cruciale ce 31 janvier, mais presque tout reste à faire…

C’est donc acté. Le Royaume-Uni ne peut plus revenir en arrière. Le Brexit franchira une étape définitive ce vendredi 31 janvier. 1.316 jours après le référendum du 23 juin 2016, le destin de l’île va basculer pour quelques pourcents (51,89% en faveur du ‘out’).

S’en est suivi une bagarre politique de tous les instants. Entre l’UE et le Royaume-Uni d’abord. Entre partis politiques britanniques par la suite. Il était question de savoir comment les Britanniques allaient sortit de l’UE. Un déchirement total ou un arrangement à l’amiable.

Après un retour aux élections, une majorité s’est finalement formée autour du controversé mais non moins déterminé Boris Johnson, ancien maire de Londres, qui n’a lui-même pas toujours été en faveur du Brexit. L’ironie britannique, sans doute.

Concrètement

Mais qu’est-ce qui changera précisément ce 1er février ? Pas grand-chose. Car, pour l’heure, le Royaume-Uni reste dans l’union douanière et le marché unique. Le Royaume de Sa Majesté aura un an pour négocier avec les instances européennes qui ne comptent pas lui faire de cadeaux.

Pour le reste, les parlementaires britanniques vont faire leur valise, l’UE comptera 66 millions d’habitants en moins, mais les droits des citoyens et des expats seront les mêmes durant cette période de transition. La liberté de circulation s’appliquera jusqu’à fin décembre 2020.

Ensuite, c’est encore la grande inconnue.

Lire aussi :

Plus
Lire plus...
Marchés