Le bout du tunnel: le Brexit enfin voté après trois ans et demi de crise

Boris Johnson a réussi ce jeudi à faire passer le texte sur le Brexit à la Chambre basse du Parlement. Après trois reports, le Royaume-Uni pourrait quitter l’Union européenne le 31 janvier.

Cela fait 3 ans et demi que le Brexit a été voté. Trois ans et demi que le Royaume-Uni négocie avec l’Union européenne pour trouver un accord. Et trois ans et demi que la Chambre des communes rejette toutes les propositions. Jusqu’à hier. Ce jeudi, Boris Johnson a présenté le dernier accord avec l’Europe à la Chambre des communes. Le texte a été approuvé à 330 voix pour et 231 contre.

Cette victoire n’est cependant pas fort surprenante. Depuis les élections législatives de décembre dernier, le Premier ministre anglais Boris Johnson avait acquis une majorité de 328 sièges au sein de la Chambre basse du Parlement.

Et maintenant?

L’étape la plus compliquée est maintenant derrière Boris Johnson. Le texte doit encore être approuvé par la chambre des Lords. Il sera ensuite promulgué par la Reine. Une formalité en comparaison avec le vote de ce 9 décembre.

Le parlement européen, quant à lui, devrait ratifier le traité le 29 janvier, soit deux jours avant la date fatidique du Brexit.

Si l’accord réussit à passer toutes ces étapes dans les temps, le Royaume-Uni devrait être ce 31 janvier le premier pays à quitter l’Union européenne.

Le début de nouvelles négociations

Cet accord sur le Brexit n’est qu’une première étape vers l’établissement de nouvelles relations entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne. Il permet aux Anglais de ‘reprendre le contrôle’ sur les droits de leurs citoyens, leur argent, leurs frontières et leur politique économique. Mais il ne traite pas des relations commerciales avec l’Europe. Pour cela, Boris Johnson a jusqu’à la fin de l’année pour trouver de nouveaux accords. Les négociations devraient déjà commencer en février. En attendant, le pays devra continuer de respecter les lois européennes sans avoir son mot à dire sur les décisions qui seront prises par l’Union.

Lire aussi: Comme la France, le Royaume-Uni veut sa ‘taxe GAFA’… Malgré les menaces de Trump

Plus
Lire plus...
Marchés