Une Israélienne a transformé un petit investissement en bitcoins en une fortune de 320.000 dollars, mais la banque refuse de la payer

Esther Freeman, 69 ans, a réussi à multiplier au centuple son investissement en bitcoins de 3 000 dollars. La femme veut maintenant transférer la somme de 320 000 dollars sur son compte bancaire. Cependant, la banque refuse.

Il y a huit ans, l’Israélienne retraitée Esther Freeman a injecté une somme de 10 000 nouveaux shekels israéliens (environ 3.000 dollars) dans le bitcoin, la plus grande crypto-monnaie du monde en termes de valeur financière. Aujourd’hui, cet investissement s’élève à un million de shekels, soit plus de 320.000 dollars.

Freeman a depuis vendu ses bitcoins. La femme a attendu assez longtemps le retour de son investissement et veut maintenant encaisser sa crypto. Cependant, sa banque locale, la Bank Hapoalim, refuse de transférer la crypto-bourse de Freeman sur son compte bancaire. Selon la banque, l’investissement initial de Freeman pourrait avoir été utilisé par des criminels pour financer des activités illégales.

L’utilisation de l’argent liquide est l’excuse

Mme Freeman a initialement décidé de se lancer sur le marché des crypto-monnaies en raison de ce que son fils et ses neveux lui disaient du bitcoin. « Cependant, je n’ai jamais pensé que moi, une citoyenne innocente sans aucune connaissance, pourrais transformer 10 000 shekels en un million de shekels. »

Mais la Banque Hapoalim refuse toujours de faire de cette dame une millionnaire en shekels. Selon la banque, l’investissement de 10 000 shekels a été réalisé en 2013 avec de l’argent liquide. En conséquence, l’argent aurait pu être utilisé ultérieurement par des criminels qui blanchissent de l’argent ou financent des terroristes, estime la Bank Hapoalim. La banque souligne également que « les crypto-monnaies peuvent être utilisées de manière anonyme et incontrôlée pour contourner les facteurs financiers applicables au régime de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ».

Traiter les sociétés de crypto comme des banques

Freeman, cependant, ne va pas se laisser faire. Elle a engagé un avocat et traîne maintenant la banque devant les tribunaux. La retraitée a été une cliente fidèle de la banque pendant des années et a également urgemment besoin de cet argent pour subvenir aux besoins de ses enfants. « La banque connaît mes affaires. Je n’ai que de l’argent à la Banque Hapoalim. Je ne fais pas de blanchiment d’argent ou d’autres affaires en dehors de la banque. Je suis à la retraite et je veux aider un de mes enfants à obtenir un appartement », a déclaré M. Freeman au site israélien Ynet.

Shaul Zioni, l’avocat de Freeman, a également fait la lumière sur toute cette affaire. Il veut que le juge déclare que l’investissement de Freeman a été « connu, clair et soutenu par des références ». Selon M. Zioni, Mme Freeman a conservé ses bitcoins au fil des ans dans divers crypto-wallets, avec lesquelles elle n’a effectué aucune autre transaction. Si c’est le cas, Freeman aurait un dossier solide contre la banque, qui aura du mal à prouver que l’argent de la femme a été utilisé par des criminels.

Le tribunal israélien a déjà déclaré que les institutions financières ne pouvaient pas empêcher leurs clients d’investir dans des actifs numériques. Pendant ce temps, les autorités israéliennes travaillent sur une nouvelle législation visant à mettre fin au financement du terrorisme par les crypto-monnaies. Si les lois antiterroristes applicables aux banques devaient également s’appliquer aux monnaies numériques, toutes les sociétés de crypto-monnaies du pays devront également signaler leurs transactions aux autorités, tout comme les banques.

Encaisser les bénéfices des crypto-monnaies n’est pas toujours facile

Il s’agit d’un cas intéressant qui se répétera probablement plusieurs fois dans les années à venir, également dans notre pays. De plus en plus d’investisseurs en crypto-monnaies vont tenter d’encaisser les bénéfices de leurs investissements en monnaies numériques, et se heurtent parfois à l’opposition des banques.

Plusieurs banques belges vérifient de plus en plus les transactions des clients provenant de plateformes spécifiques non autorisées ou dont l’autorisation a été révoquée, ce qui pourrait être le cas de plusieurs crypto-bourses. Il semble également que chaque banque de notre pays adopte actuellement une approche différente.

« En pratique, une transaction initiée peut être rejetée par l’instrument qui filtre les transactions. Cependant, contrairement à d’autres banques, nous n’interdisons pas à nos clients de négocier des crypto-monnaies. Cependant, nous n’acceptons pas les clients privés ou professionnels qui gagnent leur vie en négociant des crypto-monnaies (c’est-à-dire les « crypto-traders »). Enfin, nous appliquons des normes de diligence raisonnable renforcées aux entreprises qui fournissent des services spécifiques dans l’environnement crypto, tels que les portefeuilles », a déclaré la banque ING à Business AM.

Plus
My following

Un agenda peu chargé pour la semaine boursière à venir

05/12/2021 15:18

(ABM FN) La semaine prochaine, l'agenda des investisseurs sera peu rempli, bien que cela ne signifie pas nécessairement que les investisseurs auront une semaine tranquille, avec toute l'incertitude entourant le coronavirus et la future politique monétaire des banques centrales.  

La nouvelle variante omicron du virus est en augmentation, tandis que de nombreux pays sont à nouveau confrontés à des courbes d'infection et d'hospitalisations élevées dans cette pandémie.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20