La Suède demande à l’UE d’interdire l’extraction de bitcoins

Le gouvernement suédois demande à l’UE d’interdire l’extraction de bitcoins. Selon les Suédois, l’extraction de la cryptomonnaie est non seulement mauvaise pour le climat, mais aussi pour les efforts mondiaux de transition vers des sources d’énergie renouvelables.

Il s’agit d’une position remarquable, car plus tôt cette année, Cathie Wood, responsable d’Ark Invest, déclarait qu' »il n’y a rien de mieux que le bitcoin pour l’ESG (NDLR : les critères Environnementaux, Sociaux et de bonne Gouvernance) ». Elle ajoute que « le bitcoin est susceptible de s’intégrer aux écosystèmes des services publics, en diffusant les énergies renouvelables plus rapidement qu’ils ne le feraient autrement. » Wood a trouvé un allié dans le patron de Twitter et de Square, Jack Dorsey, qui a tweeté en avril que « le bitcoin stimule l’énergie verte ».

Aujourd’hui, l’extraction de bitcoins émet des quantités massives de CO2. Les estimations varient, mais souvent les émissions totales sont comparées à celles de pays comme l’Irlande ou la Grèce. Selon les chiffres du site d’information financière Finbold, les « mineurs » consomment jusqu’à huit fois plus d’énergie que les géants de la technologie Facebook et Google réunis. Une transition vers l’énergie éolienne, solaire et hydraulique permettrait de résoudre en grande partie ce problème.

La récente déclaration de la Suède indique que les pays où les mineurs recherchent l’énergie verte sont peut-être en train de les perdre. La Suède fait valoir que la production de bitcoins à partir de sources renouvelables n’est pas du tout respectueuse de l’environnement. Elle consomme l’électricité dont on a désespérément besoin pour aider les grandes industries à s’affranchir des combustibles fossiles. Elle peut également contraindre les pays hôtes à importer de l’énergie sale de l’étranger, ce qui augmente à nouveau leurs émissions.

Des émissions annuelles équivalentes à 100 millions de voyages aller-retour entre la Suède et la Thaïlande

Le 5 novembre, l’autorité suédoise de surveillance financière et l’agence suédoise de protection de l’environnement ont publié une déclaration commune sur le bitcoin. Ils voient peu d’avantages dans les cryptomonnaies.

« Les avantages sociaux des crypto-actifs sont discutables », écrivent-ils. Puisqu’ils sont « souvent utilisés à des fins criminelles, comme le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et le paiement de ransomware ». Leur texte mentionne « des émissions équivalentes à 100 millions de voyages aller-retour par an entre la Suède et la Thaïlande ».

Les auteurs suédois notent que les « mineurs » recherchent effectivement des endroits où ils peuvent produire de l’énergie propre. Ils veulent ainsi contrer la résistance des investisseurs et des régulateurs contre les cryptomonnaies.

La Suède, l’une des économies les plus vertes du monde, est un choix attrayant à cet égard. « Entre avril et août de cette année, la consommation d’électricité pour le bitcoin en Suède a augmenté de plusieurs centaines de pour cent », écrivent les deux hommes. Selon leur estimation, l’industrie consomme aujourd’hui 1 térawattheure par an. « Cela équivaut à l’électricité de 200 000 ménages suédois », indique le rapport.

Taxer et réglementer fortement le bitcoin

Cette déclaration suggère que la production de bitcoins devrait être fortement taxée. Les régulateurs et les services publics devraient également être mieux informés des dangers de l’exploitation minière. Pourtant, même cela ne sera pas suffisant, selon les auteurs. « Aucune de ces options ne permettra d’éviter les dommages environnementaux que nous subissons aujourd’hui du fait de ces activités », écrivent-ils. « Les émissions doivent cesser ici et maintenant. »

Les auteurs demandent donc à l’Union européenne d’interdire toute « exploitation minière à forte intensité énergétique ». Une telle interdiction entraînerait la fermeture de toutes les installations existantes dans le bloc des 27 nations. Ils demandent également au gouvernement de ne plus approuver de nouvelles installations minières dans leur propre pays. Les régulateurs comptent également sur une action d’envergure de l’UE pour fermer les usines déjà en activité à l’intérieur des frontières suédoises.

Les mineurs se tournent de plus en plus vers la Scandinavie

Aujourd’hui, l’Europe détient une part modeste de la production mondiale de bitcoins. Selon l’Université de Cambridge, l’Allemagne et l’Irlande sont les deux plus grands producteurs. Ensemble, ils représentent environ 11 % du total mondial. Mais comme le souligne le rapport suédois, les mineurs s’installent dans les pays scandinaves parce que l’énergie y est verte et généralement bon marché. La Suède représenterait aujourd’hui environ 1,2 % de la consommation énergétique totale des cryptomonnaies. La Norvège voisine devient également de plus en plus populaire.

Il reste à voir si l’UE donnera suite à l’appel de la Suède. Mais les deux organismes ont un argument de poids. L’Europe aura besoin de beaucoup plus d’énergie verte qu’elle n’en produit actuellement pour atteindre ses grandes ambitions en matière de climat. Toute l’énergie renouvelable utilisée par Bitcoin est une énergie que les foyers et les entreprises ne peuvent pas utiliser. Extraire plus de bitcoins avec de l’énergie éolienne, solaire et hydraulique ralentirait la progression du monde vers un avenir vert.

Plus
My following

ABE : les banques européennes en meilleure forme

03/12/2021 18:03

(ABM FN) Les plus grandes banques européennes ont vu leur solvabilité, leur rentabilité et leurs liquidités augmenter. C'est ce qu'a révélé vendredi le dernier exercice de transparence de l'autorité bancaire européenne EBA.

À la fin du deuxième trimestre, le ratio CET 1 des 120 banques participantes s'élevait à 15,8 pour cent. C'est 0,8 point de pourcentage de plus qu'à la mi-2020. A pleine charge, le ratio est passé de 14,7 à 15,5 pour cent.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20