Un ancien espion britannique: ‘Le sentiment anti-Trump a retardé les recherches sur le laboratoire de Wuhan’

La théorie qui affirme que le coronavirus provient d’un laboratoire chinois a été trop longtemps négligée parce que l’ancien président des États-Unis, Donald Trump, y adhérait. L’Occident a été extrêmement naïf dans ses relations avec la Chine ces dernières années. Et la crise du coronavirus entrainera des tensions politiques jusque dans le régime chinois. Tout cela a été dit par Richard Dearlove, l’ancien chef du renseignement britannique MI6, dans une interview très médiatisée avec The Telegraph.

Il y a un an, Sir Richard Dearlove (76 ans) était encore l’une des rares voix britanniques médiatisées à croire que le coronavirus avait été créé dans l’Institut de virologie de Wuhan. Il s’était notamment basé sur une étude biochimique norvégienne et britannique. Daerlove et les scientifiques ont été ensuite ridiculisés, car le consensus de l’époque était basé sur l’origine animale du virus.

Aujourd’hui, la ‘théorie de la fuite du laboratoire’ est à nouveau prise au sérieux par les autorités. Pour l’ancien chef du MI6, cela devrait permettre une réhabilitation, notamment pour les scientifiques à l’origine de l’étude précédemment citée. Dans l’interview de cette semaine avec le podcast Planet Normal du Telegraph, il adopte des positions audacieuses par rapport à son poste d’ancien espion de premier plan.

‘Les services de renseignement américains pourraient en savoir plus’

Le président américain Joe Biden a récemment demandé à ses services de renseignement de produire un rapport sur l’origine du coronavirus dans les 90 jours. Peu de temps avant, le Wall Street Journal avait rapporté que plusieurs chercheurs de Wuhan avaient montré des symptômes du Covid en novembre 2019, soit au début de l’épidémie. Pour Dearlove, cela signifie certainement que ses anciens collègues américains ont des informations qui confirment la théorie du laboratoire.

Dans tous les cas, l’ex-espion pense qu’il y a tellement d’indications sur la théorie du laboratoire qu’il faut renverser la charge de la preuve: ‘C’est aux Chinois de montrer que le virus est d’origine zoonotique, car toutes les preuves vont dans l’autre direction.’

‘Les revues scientifiques ont peur de la Chine’

Le suivi de l’étude anglo-norvégienne, qui combine des indices biochimiques antérieurs avec des indices indirects, indique non seulement que le coronavirus a été créé en laboratoire, mais également que les scientifiques chinois ont ensuite tout fait comme si le virus venait des chauves-souris.

Cependant, l’étude n’a pas été publiée dans les meilleures revues telles que Nature. Cela peut indiquer que ces revues ne considèrent pas les découvertes scientifiques suffisamment solides. Mais selon Dearlove, c’est une tout autre raison. ‘Il est important que l’étude fasse l’objet d’une publication de premier plan comme Nature ou Science, car il s’agit d’une question tellement importante. Mon soupçon, cependant, est que d’éminentes revues scientifiques ne veulent rien publier qui puisse mettre en colère le gouvernement chinois. Cela me semble complètement contraire à l’esprit de la science.’

Le sentiment anti-Trump a assombri le débat

Selon Dearlove, le fait que la théorie du laboratoire ait été écartée aussi rapidement l’année dernière est lié au ‘style du régime de Trump’. Le président américain de l’époque, qui accusait invariablement la Chine d’être à l’origine du virus, associait des inquiétudes justifiées avec des ‘accusations bizarres’, selon l’ancien chef du MI6. De ce fait, les opposants à Trump ne voulaient s’associer à aucune des déclarations de Trump.

Cependant, le fait que le secrétaire aux Affaires étrangères de l’époque, Mike Pompeo, ait fermement annoncé en mai 2020 que le coronavirus provenait du laboratoire de Wuhan était un signal clair pour Dearlove. Plus récemment, Robert Redfield, l’ancien chef de l’agence CDC, a également fait une déclaration similaire à CNN.

Dearlove se dit heureux que depuis que Joe Biden est président des États-Unis, ‘l’équilibre dans la discussion se soit rétabli’. Des mois ont été perdus. ‘Beaucoup de données ont probablement été détruites, il sera donc difficile de trouver des preuves définitives.’

‘L’OMS a été manipulée’

Une étude de l’Organisation mondiale de la santé réalisée au début de l’année à Wuhan a conclu ‘avec une certitude raisonnable’ que le coronavirus avait une origine animale, mais qu’il n’y avait aucune preuve concluante. Cependant, selon Dearlove, la théorie du laboratoire n’a pas été sérieusement explorée. ‘Sur les 413 pages, la théorie des fuites de laboratoire est mentionnée sur maximum 3 pages du rapport.’

‘Il semble que l’OMS ait été manipulée’ a affirmé l’ex-espion, qui parle également de ‘soupçons d’un manque d’indépendance’ dans l’organisation.

‘L’Occident a été extrêmement naïf à propos du laboratoire de Wuhan’

Dearlove souligne que l’Institut de virologie de Wuhan a été fondé avec de l’argent français. ‘Mais le bâtiment n’était pas encore terminé, ou certaines parties n’étaient accessibles qu’aux Chinois’, explique-t-il. En 2014, les États-Unis ont financé des recherches à Wuhan. ‘Les relations remontent à longtemps, notamment avec des universités américaines’, précise-t-il. Le Britannique pense que l’Occident a alloué trop d’argent alors que la Chine rendait certains projets de recherche invisibles aux étrangers. ‘Nous avons été extrêmement naïfs dans nos relations avec la Chine.’

‘Si les dirigeants chinois n’ont rien à cacher, pourquoi se sont-ils comportés comme ils l’ont fait ? Autre élément négatif qui a reçu moins d’attention: après l’épidémie, le personnel de l’Institut de Wuhan a été remplacé par du personnel militaire et un général a été nommé responsable.’

‘Trump avait raison à propos de la Chine’

Malgré tout le bruit autour de Trump, Dearlove s’attend à ce que l’ex-président américain obtienne des points positifs dans les livres d’histoire pour sa position contre le régime de Pékin : ‘Une chose que Trump a bien faite, c’est qu’il a forcé l’Occident à regarder la Chine différemment.’

Lutte de pouvoir possible au sommet à Pékin

Outre la question de l’origine du virus, il est aussi intéressant de savoir si le gouvernement chinois en a assez fait dans les premières semaines de la pandémie pour alerter le reste du monde et stopper la propagation du virus.

‘Est-ce que plus de 3 millions de personnes ont perdu la vie pour sauver la face des Chinois ?’ est une question qu’a lancée Dearlove lors de l’interview. ‘Je crains que ce ne soit effectivement la conclusion que nous tirerons finalement lorsque toutes les preuves seront réunies’, a-t-il lui-même répondu. ‘Même s’il s’avère que le coronavirus est d’origine animale – ce à quoi je ne m’attends pas – la réputation internationale de la Chine serait entachée.’

Dearlove s’attend à ce que cela conduise également à des turbulences politiques au sein du régime chinois. ‘Bien que le président chinois Xi Jinping puisse sembler intouchable, je sais, après des années d’études sur les régimes communistes, qu’il doit y avoir des groupes en interne qui critiquent la façon dont les choses se passent. Il est inévitable qu’il y ait maintenant des tensions considérables. Je m’attends à ce que quelque chose d’important politiquement se produise en Chine.’

‘L’événement le plus perturbateur depuis la Seconde Guerre mondiale’

Selon Dearlove, la crise du coronavirus est ‘l’événement mondial le plus perturbateur depuis la Seconde Guerre mondiale.’ Si le rapport Biden confirme que la Chine est à l’origine, devrait-il y avoir des réparations ou d’autres compensations ? L’ex-patron du MI6 n’a pas de réponse toute faite. ‘Je ne crois pas à l’isolement de la Chine, car le pays est devenu trop important dans le monde pour cela.’

Pour aller plus loin:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20