Un médecin de Wuhan confirme que la Chine voulait dissimuler le nouveau coronavirus

Un médecin travaillant dans l’hôpital de Wuhan le plus durement touché par la pandémie a déclaré que ses collègues et lui savaient depuis début janvier que le virus était hautement transmissible. Des semaines avant que la Chine ne l’admette au reste du monde. Ils n’avaient toutefois pas le droit d’avertir qui que ce soit.

Le témoignage du médecin prouve bien les tentatives de Pékin de dissimuler l’épidémie de Covid-19. Ses dires montrent également la pression des autorités sur le personnel de santé pour qu’il reste silencieux sur ce sujet. Tout cela est expliqué dans un documentaire de la BBC relatant les 54 jours entre le premier cas de coronavirus connu et le lockdown de Wuhan.

L’hôpital central de Wuhan est situé à seulement quelques kilomètres du marché considéré comme l’épicentre de la maladie. Très vite, le centre de soins de santé a été submergé par les premiers malades en décembre 2019. Plus de 200 employés de l’hôpital auraient contracté le virus. Plusieurs d’entre eux, dont le médecin Li Wenliang – qui avait lancé l’alerte sur le Covid-19 – en sont morts.

‘Nous n’avions pas le droit de mettre des masques’

Le 10 janvier, le service gérant les respirateurs était plein, a déclaré le médecin anonyme à la BBC, dans le documentaire 54 Days. ‘Les choses sont devenues incontrôlables, nous avons commencé à paniquer.’ Mais les autorités ont interdit au personnel de parler à qui que ce soit. Le personnel n’avait également pas le droit de porter de masque. ‘Tout le monde savait que c’était une transmission entre les humains, même un imbécile l’aurait su. Alors pourquoi dire qu’il ne fallait pas [de masque]? Nous étions très confus et très en colère à cause de cela.’

Le médecin explique qu’il y avait eu des centaines ou des milliers de cas suspects en quelques semaines. Mais à l’époque, il n’y avait pas de test précis pour confirmer l’infection ni de procédure pour signaler un diagnostic au sein de la structure hospitalière. Seuls 41 cas avaient été officiellement signalés.

Des rapports précédents ont montré que les dirigeants de Pékin étaient au courant de l’épidémie au moins 6 jours avant de mettre le reste du monde en garde contre le virus. Entre-temps, ils disaient à la population que les risques étaient faibles. Les autorités sont également accusées d’avoir empêché la publication des résultats du séquençage génomique. Finalement, c’est le professeur Zhang Yongzhen qui l’a publié en ligne, allant alors à l’encontre des ordres stricts.

‘Je pense qu’il avait tout simplement tort’

Dans le documentaire de la BBC, un virologue américain, Ian Lipkin, explique que le chef du Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), George Gao, l’a contacté tout au début de 2020, lorsque des rumeurs sur le virus ont commencé à circuler. À l’époque, Gao lui a dit qu’ils avaient identifié le virus, mais qu’il n’était pas hautement transmissible. ‘Je ne pense pas qu’il était hypocrite. Je pense qu’il avait tout simplement tort’, a déclaré Lipkin.

Le chef du CDC chinois a refusé les demandes d’interview de la BBC. Toutefois, il avait précédemment déclaré que le séquençage avait été publié dès que possible. Il affirme aussi qu’il n’a jamais dit qu’il n’y avait pas de transmission entre humains. Au moment où Wuhan est entré en confinement, le 23 janvier, l’hôpital central de Wuhan recevait 2.500 cas par jour.

La Chine a toujours soutenu qu’elle avait rapidement publié toutes les informations pertinentes sur le coronavirus. Le pays nie toujours toutes les allégations de dissimulation.

Le professeur américain en droit de la Santé à l’OMS, Larry Gostin a déclaré que la lenteur de la Chine pour signaler l’existence du virus est une violation des réglementations sanitaires internationales. Ce stratagème ressemble fortement à l’opération de dissimulation menée en 2003 pour l’épidémie de Sras. ‘Le pays a le devoir de répondre aux questions de l’OMS de manière honnête, complète et transparente et je ne pense pas que cela se soit produit du tout’, a déclaré Gostin.

L’OMS avait également des doutes

Le documentaire explore aussi la réponse de l’OMS aux déclarations chinoises. L’Organisation a publiquement soutenu les affirmations de la Chine selon lesquelles il n’y avait aucune preuve de transmission entre les humains. Et cela alors même que des experts en interne – qui pensaient le contraire – avertissaient les dirigeants mondiaux.

Des fuites audios provenant des réunions de l’OMS ont révélé que les responsables discutaient de la similitude de la situation avec l’épidémie de Sras et ‘essayaient sans cesse d’obtenir des mises à jour de la Chine’.

‘Dire qu’il n’y a aucune preuve de transmission interhumaine n’est pas suffisant. Nous devons voir les données, nous devons être en mesure de déterminer la répartition géographique et le calendrier nous-même’, a déclaré Michael Ryan, chef des urgences à l’OMS, lors d’une réunion début janvier. Mais le lendemain, les responsables de l’organisation onusienne ont à nouveau salué la gestion chinoise.

La Chine fait face à l’une des pires recrudescences de la pandémie de Covid-19 en ce début d’année, bien que ce ne soit pas aussi grave qu’en 2020. En conséquence, une mission de scientifiques de l’OMS à Wuhan est actuellement en quarantaine. Plusieurs experts se sont rendus en Chine début du mois pour lancer une enquête sur les origines du virus. La question est de savoir si la Chine leur donnera les accès nécessaires, étant donné les efforts continus de Pékin pour réécrire l’histoire des origines du virus.

Le documentaire 54 Days sera diffusé ce mardi soir sur BBC 2. Il s’agit du premier épisode d’une série en deux parties. Le second se concentrera sur la réponse américaine à la pandémie.

Plus
Lire plus...
Marchés