Trump met le feu aux poudres au Moyen-Orient et le prix du pétrole remonte

Isopix

Les prix du pétrole ont montré les premiers signes de reprise hier après que Donald Trump ait annoncé sur Twitter qu’il avait donné l’ordre aux navires de la Marine américaine de ‘tirer pour détruire’ sur des canonnières iraniennes un peu trop collantes.

Le président américain Donald Trump semble faire référence à des attaques présumées de navires iraniens contre des pétroliers saoudiens. Ces transporteurs étaient remplis de pétrole brut. Ils passaient par le Golfe persique pour l’acheminer vers le reste du monde. Les navires américains qui sécurisent la zone auraient aussi été attaqués.

En a résulté ce jeudi matin une hausse du prix du baril de Brent à environ 22 dollars. Mercredi, il s’échangeait encore à seulement 15,98 dollars par baril.

Les attaques des Etats-Unis contre l’Iran ont souvent un impact sur le marché du pétrole. A l’automne dernier, les prix du pétrole avaient déjà bondi lorsque les autorités américaines ont accusé l’Iran de plusieurs frappes sur les installations pétrolières saoudiennes. Les prix avaient été à nouveau revus à la hausse quand Trump a menacé l’Iran de représailles. L’Iran a nié fermement avoir attaqué l’Arabie saoudite et maintient toujours cette position.

Le pétrole en crise

Le tweet de Trump de ce mercredi faisait suite à plusieurs tentatives des Etats-Unis de soutenir le marché pétrolier, et par extension, l’industrie américaine de l’énergie. Les Etats-Unis ont d’ailleurs annoncé un important plan de relance après que le cours du pétrole se soit effondré début de semaine.

L’Agence internationale de l’Energie (AIE) a déjà prédit que la demande mondiale allait connaitre la plus forte baisse de son histoire, alors que la pandémie de Covid-19 fait des ravages dans l’économie mondiale.

L’OPEP et ses partenaires avaient déjà tenté le semaine dernière de faire remonter le prix du pétrole en convenant d’une baisse de la production de près de 10 millions de barils par jour. Mais sans succès.