Tesla va équiper ses véhicules d’essuie-glaces laser: voici comment ça fonctionne

Il y a près de trois ans, Tesla a déposé une demande de brevet au sujet d’essuie-glaces a priori révolutionnaires. Le brevet a fini par être effectivement accordé à l’entreprise d’Elon Musk. Et voilà que la technologie est maintenant entièrement divulguée au grand public.

Il y a quelques jours, l’Office des brevets des États-Unis a publié le brevet accordé à Tesla pour ses essuie-glaces d’un nouveau genre. L’occasion de mettre à nouveau en lumière la technologie pour le moins particulière développée par le constructeur automobile américain.

Précisément, le brevet de Tesla a pour intitulé « nettoyage au laser pulsé des débris accumulés sur les articles en verre dans les véhicules et les assemblages photovoltaïques ».

Comment ça marche ?

Dans son texte, Tesla explique que la technologie comprend « un ensemble optique de faisceaux qui émet un faisceau laser pour irradier une région sur un article en verre du véhicule, un circuit de détection de débris qui détecte les débris accumulés sur la région, et un circuit de commande ».

Le processus doit se dérouler en 5 étapes, détaille Drive Tesla Canada:

  • Détecter les débris accumulés sur une zone d’un article en verre installé dans un véhicule.
  • Calibrer un ensemble de paramètres associés au faisceau laser émis par l’ensemble optique de faisceau, sur la base de la détection de débris accumulés sur une zone d’un article en verre.
  • Contrôler le niveau d’exposition du faisceau laser sur les débris détectés accumulés sur l’article en verre sur la base de l’étalonnage d’un ensemble de paramètres associés au faisceau laser.
  • Irradier la zone associée aux débris détectés sur l’article en verre par faisceau laser.
  • Enlever les débris détectés accumulés sur la zone par faisceau laser.

Concrètement, cela signifie donc que ce système de nettoyage sera en mesure de détecter avec une haute précision les moindres zones du pare-brise – et des autres vitres du véhicule – où l’on trouve de la saleté. Et, dans la foulée, d’éliminer les crasses en question.

Ces essuie-glaces laser ne devraient pas empêcher Tesla de conserver les balais traditionnels qui, finalement, ne servent qu’à chasser l’eau qui a été pulvérisée sur le pare-brise – et qui réduisent la visibilité lorsqu’ils sont en marche. Les deux systèmes devraient fonctionner ensemble, de sorte à – probablement – utiliser les essuie-glaces classiques à l’arrêt et à garantir une propreté et une visibilité totale lorsque le véhicule est en mouvement. Cela permettra aussi d’éliminer tout débris qui obstrue le champ des caméras du pilote automatique du véhicule

Dans son brevet, Tesla évoque un système manuel, où le conducteur pourrait contrôler le laser à l’aide d’un écran tactile, d’une manette ou d’un autre moyen de communiquer avec les différents composants opérationnels de l’appareil de nettoyage. Il s’agirait donc à l’humain de cibler lui-même la zone à faire nettoyer par les essuie-glaces laser. Toutefois, plusieurs médias spécialisés pensent savoir que Tesla aimerait que la technologie fonctionne automatiquement.

Pour quand et pour quoi ?

Les images du brevet montrent les essuie-glaces laser installés sur une Model S. On peut donc penser que les premiers tests ont été effectués – ou le seront – sur ce véhicule. Toutefois, ils devraient être commercialisés sur des modèles pas encore sortis d’usine. A savoir, selon les rumeurs, le Roadster et/ou le Cybertruck, chacun prévus pour 2023.

Comme l’indique l’intitulé du brevet, Tesla envisage également d’utiliser cette technologie pour nettoyer les panneaux solaires. C’est moins connu (et moins réussi), mais l’entreprise d’Elon Musk est également active sur ce secteur, via ce qu’elle appelle des « toits solaires« .

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20