Son patron condamné à 2 ans et demi de prison, quel avenir pour Samsung?

Le vice-président de Samsung Electronics Lee Jae-yong a été condamné à deux ans de demi de prison pour corruption – Isopix

Vice-président de Samsung Electronics et dirigeant de facto du groupe, Lee Jae-yong a été condamné à deux ans et demi de prison. Une décision judiciaire considérée comme un véritable choc pour la Corée du Sud et qui pose des questions sur l’avenir à court terme du géant de l’électronique.

A la suite d’un procès très attendu, Lee Jae-yong a été condamné à deux ans et demi de prison par un tribunal sud-coréen. Il a été accusé d’avoir soudoyé en 2015 une proche de l’ancienne présidente du pays, Park Geun-hye. Cette corruption avait pour but d’obtenir le soutien présidentiel pour la fusion de deux filiales de Samsung, Samsung C&T et de Cheil Industries. Cela devait également permettre à Lee Jae-yong de bénéficier d’un soutien pour sa succession à la tête de la société. Comme le note Bloomberg, cette condamnation n’a trait qu’au second pan de cette affaire. Le vice-président de Samsung attend encore sa sentence pour le premier.

Lee Jae-yong avait déjà été condamné à cinq ans de prison en 2017 dans le cadre de cette affaire. Il en était finalement sorti après un an suite à une réduction de peine. Mais la Cour suprême avait demandé une annulation du verdict et la tenue d’un nouveau procès, qui vient donc de s’achever avec une nouvelle peine d’emprisonnement.

Ce scandale de corruption, qui concernait également d’autres grandes entreprises sud-coréennes, avait déjà conduit à la destitution de la présidente Park Geun-hye. Celle-ci a été condamnée à plus de vingt ans de prison.

Conséquences pour Samsung

Lee Jae-yong, petit-fils du fondateur de Samsung Lee Byung-chul, était devenu le vice-président de Samsung Electronics, fleuron du conglomérat, en 2012. Depuis 2014, il en était le dirigeant de facto suite à la crise cardiaque de son père, Lee Kun-hee. Ce dernier étant décédé en octobre 2020, il était attendu que Lee Jae-yong devienne le président et que les rênes du groupe lui soient officiellement et définitivement accordés.

Suite à cet emprisonnement, le leadership de Samsung va rester vide pendant un an et demi. Durant cette période, une série de managers vont diriger le groupe au quotidien. Selon Bloomberg, la condamnation et l’absence de Lee Jae-yong vont tout de même sévèrement compliquer la progression de Samsung. Investissements massifs et stratégie à long terme du groupe vont en ressortir fortement ralentis.

La famille à la tête de Samsung étant ultra-influente en Corée du Sud, il se pourrait, d’après les analystes, que Lee Jay-yong continue de piloter l’entreprise depuis la prison. Mais même si ça se confirme, ce n’est pas ce qui permettra à Samsung de continuer à vivre comme si de rien n’était. Suite à l’annonce de la condamnation de son vice-président, les actions du groupe ont d’ailleurs chuté de 4%.

Samsung n’a pas voulu commenté l’issue du procès.

Séisme pour la Corée du Sud

Samsung étant un mastodonte de l’économie sud-coréenne, cette condamnation constitue un véritable tremblement de terre pour le pays.

‘L’emprisonnement de Lee va occasionner un choc émotionnel à la population. Samsung est un pilier de notre économie et les gens seront bouleversés par le résultat’, a commenté Shin Se-don, professeur émérite d’économie à l’université féminine de Sookmyung. Celui-ci a d’ailleurs qualifié la peine de prison de ‘trop excessive’.

Etant donné l’importance capitale de Samsung pour la Corée du Sud, les analystes estiment que le gouvernement risque de subir un ‘retour de bâton’.