Russie : les principaux réseaux sociaux tombent entre les mains du Kremlin

VKontakte, l’équivalent russe de Facebook, est une entreprise d’État depuis la semaine dernière. Le milliardaire Alicher Usmanov a vendu sa participation dans la holding Internet VK à la banque publique Gazprombank et à la compagnie d’assurance Sogaz. Cette dernière est contrôlée par l’allié de Poutine, Yuri Kovalchuk, et sa famille. En plus de VKontakte, VK contient également Odnoklassniki, un autre réseau social. VK serait dirigé par Vladimir Kiriyenko. Il est le fils du haut fonctionnaire du Kremlin, Sergei Kiriyenko (photographié ci-dessus à côté de Poutine).

Pourquoi est-ce important ?

La vente de VK fait désormais du réseau social une entreprise d'État dans tous les sens du terme. L'implication du fils de Kiriyneko suggère qu'il y aura des conséquences politiques. 

Une fois la vente réalisée, Sogaz et Gazprombank détiendront chacune 45 % de MF Technologies. Cette dernière possède à son tour 57,3 % des actions avec droit de vote de VK. L’entreprise publique de défense Rostec détient les 10 % restants de MF Technologies.

L’accord donne à l’État un contrôle beaucoup plus important sur les réseaux sociaux VKontakte et Odnoklassniki. Ce qui est moins clair, ce sont les projets des nouveaux propriétaires. VKontakte compte environ 100 millions d’utilisateurs et est souvent appelé la réponse russe à Facebook.

Un YouTube russe ?

Selon certaines hypothèses, VK pourrait être utilisé comme plateforme pour créer un équivalent russe de YouTube. Ce service serait en concurrence avec le service vidéo occidental. « Les chiffres d’audience des différentes plateformes montrent clairement que les plateformes étrangères gagnent en popularité et que VKontakte perd du terrain », indique une source proche des négociations sur la vente. « Pour des raisons politiques, l’État ne voulait pas que Vkontakte perde le contact avec un public russe ».

Boris Dobrodeyev, l’actuel chef de VK, a annoncé son départ vendredi. Il sera remplacé par Vladimir Kiriyenko. Il est aujourd’hui vice-président du géant public des télécommunications Rostelekom. Vendredi, il aurait été présenté aux dirigeants de VK comme le nouveau PDG. Vladimir Kiriyenko est le fils de Sergei Kiriyenko. Ce dernier est le puissant chef adjoint de l’administration présidentielle qui « supervise » la politique intérieure pour Poutine.

Si le sort de VK n’est pas clair, il est compréhensible qu’Usmanov – qui est devenu propriétaire de VKontakte en 2008 – ait voulu s’en débarrasser. Non seulement le réseau social a été un casse-tête politique, mais Usmanov semble également « fatigué » des affaires sur Internet. Car par rapport à ses activités dans les secteurs minier et métallurgique, elles n’ont guère rapporté de bénéfices.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20