Les résultats de Microsoft annoncent la couleur pour les autres géants de la tech : et si on évitait la catastrophe annoncée ?

Les résultats de Microsoft au 4e trimestre 2022 sont mitigés, mais ils sont loin d’être catastrophiques. Si les perspectives ne sont pas forcément bonnes pour le premier trimestre 2023, ce n’est pas l’apocalypse annoncée.

Dans l’actu : Microsoft est le premier géant de la tech à présenter ses résultats du dernier trimestre 2022.

  • Le chiffre d’affaires s’élève à 52,75 milliards de dollars, c’est un peu moins bien que les 52,94 milliards de dollars attendus par les analystes, mais mieux que ce que prévoyait Microsoft qui comptait sur un chiffre d’affaires compris entre 50,5 à 51,5 milliards de dollars. C’est une progression de 2% du chiffre d’affaires, c’est toutefois le plus faible taux depuis 2016.
  • Le bénéfice net est tombé à 16,43 milliards de dollars, contre 18,77 milliards de dollars au trimestre précédent.

Des résultats corrects qui ont d’abord fait bondir l’action Microsoft de près de 4%. Mais l’enthousiasme a été de courte durée.

Les perspectives : La conférence téléphonique de Satya Nardella a refroidi les esprits.

  • Le premier trimestre 2023 ne démarre pas sous les meilleurs auspices. La vente de PC ou de logiciels Windows devrait connaitre une baisse de 17% par rapport à l’année dernière.
  • Mais Microsoft tire le principal de son chiffre d’affaires avec ses services, tel que l’abonnement Microsoft 365. Ses plus gros clients ne sont pas des particuliers, mais des entreprises, des écoles et des gouvernements. C’est là que l’impact se fera sentir. Par exemple, la croissance du service Cloud Azure devrait ralentir.

En résumé : la baisse d’activité entamée au dernier trimestre devrait se poursuivre et peut-être s’accentuer au premier trimestre 2023. Immédiatement, le cours de Microsoft a replongé pour terminer la journée à -0,54 %.

Et maintenant : les autres Big Tech vont suivre.

  • Tous les géants de la tech, à l’exception d’Apple, ont coupé dans leur personnel. La raison est double : les perspectives peu réjouissantes pour 2023 et un trop grand enthousiasme durant les années pandémies, pendant lesquelles les Big Tech ont engagé à tour de bras.
  • Microsoft, qui a supprimé 12.000 emplois, a donné le coup d’envoi des résultats, le Nasdaq sortant de sa pire année depuis 2008, et de quatre trimestres consécutifs dans le rouge, ce qui n’était plus arrivé depuis l’éclatement de la bulle internet.
  • Meta publiera ses résultats mercredi prochain. Alphabet, Amazon et Apple suivront un jour plus tard. Quant à Tesla, c’est pour ce mercredi.

Que faire pour les investisseurs ? Depuis le début d’année, un rallye s’est déclenché, en particulier sur le Nasdaq. La grande question est de savoir si cet élan sera coupé par les mauvais résultats de la tech. Morgan Stanley pense que oui, et qu’il faut vendre, car le « marché est trompeur » pour le moment. Il ne reprendra sa véritable marche en avant que plus tard dans l’année. Mais en voyant les résultats de Microsoft, on peut estimer qu’ils sont loin d’être catastrophiques. Microsoft n’a en tout cas pas connu la déroute.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20