Qui est l’oligarque russe qui a mis une prime d’un million de dollars sur la tête de Poutine ?

Alex Konanykhin, un entrepreneur russe et ancien banquier désormais installé aux États-Unis, a proposé cette semaine sur les médias sociaux un million de dollars à tout militaire qui livrerait le président russe Vladimir Poutine « mort ou vif ». La propre histoire de Konanykhin est, d’ailleurs, remarquable, c’est le moins qu’on puisse dire. On pourrait facilement faire une série télévisée sur la vie du Russe, qui, entre-temps, est devenu lui-même une personnalité de la télévision aux États-Unis.

« En tant que Russe ethnique et citoyen russe, je considère qu’il est de mon devoir moral de faciliter la dénazification de la Russie », a déclaré M. Konanykhin dans son message. Une allusion au fait que Poutine a tenté de justifier son invasion de l’Ukraine en affirmant que les troupes russes allaient « dénazifier » le pays.

Alex Konanykhin, dont la photo de profil le montre portant une chemise aux couleurs jaune et bleu du drapeau national ukrainien, a déclaré dans son message qu’il continuerait à « aider l’Ukraine dans ses efforts héroïques pour résister à l’attaque d’Orda de Poutine ». « Orda » signifie « horde » en russe.

Une version antérieure de la publication de M. Konanykhin sur LinkedIn comprenait une photo de M. Poutine avec les mots « Wanted : dead or alive de Vladimir Poutine pour meurtre de masse ». Ce message semble avoir été supprimé.

A peine âgé de 25 ans, il possédait déjà une centaine d’entreprises et avait rencontré Eltsine, le Président Bush…

Alex Konanykhin a commencé sa carrière en fondant une banque privée en Russie vers la fin du régime communiste. Il a étudié au département de recherche spatiale de l’Institut de physique et de technologie de Moscou (MIPT) afin de poursuivre une carrière d’ingénieur. En 1986, il en a été exclu pour avoir dirigé une petite entreprise pendant ses vacances d’été.

Le fait qu’il ait été expulsé à cette époque semble lui avoir été très bénéfique. Il a profité du climat entrepreneurial détendu pendant les réformes économiques de Mikhaïl Gorbatchev (la Perestroïka). En quelques années, il est devenu le chef d’une grande entreprise de construction.

En 1991, M. Konanykhin a été le fondateur, le copropriétaire et le président de la Russian Exchange Bank, la première institution à obtenir une licence pour le commerce des devises de la part du gouvernement du président Eltsine. En 1992, il est l’un des délégués qui accompagnent Eltsine à Washington, où ils rencontrent le président George H.W. Bush. À l’époque, Richard Sakwa l’avait qualifié de personne la plus riche de Russie, avec une fortune estimée à 300 millions de dollars. À cette époque, à l’âge de vingt-cinq ans, Konanykhin avait créé une centaine de sociétés différentes en Russie.

Enlevé à Budapest par la mafia et le KGB, il s’enfuit aux États-Unis

Mais la même année, lors d’un voyage d’affaires en Hongrie, Konanykhin a été enlevé par des membres du groupe mafieux Solntsevskaya bratva contrôlé (jusqu’à nos jours) par Semyon Mogilevich. La Société européenne de criminologie le considère comme « l’un des membres les plus redoutés du crime organisé ». Son surnom est « The Brainy Don » ( » le parrain avec un cerveau »), en raison de ses compétences commerciales et du fait qu’il a étudié l’économie.

M. Konanykhin et sa femme se trouvaient dans un restaurant de Budapest lorsqu’ils ont été abordés par deux personnes qui se sont présentées comme des agents du ministère hongrois de la Sécurité. Ils ont dit que le ministère menait une enquête et qu’on avait besoin de lui comme témoin. Konanykhin a été emmené dans un bâtiment de la banlieue de Budapest, où un officier du KGB et quelques membres de la Solntsevskaja bratva lui ont dit qu’il devait leur remettre tous ses biens s’il voulait en sortir vivant.

Konanykhin a persuadé ses ravisseurs de le conduire à son hôtel afin qu’il puisse appeler la Russie et autoriser des transferts d’argent. Konanykhin a réussi à s’échapper en cours de route et il a pris le premier vol pour les États-Unis depuis ce qui était alors la Tchécoslovaquie. Alors qu’il était détenu à Budapest, la mafia a pris d’assaut sa banque à Moscou et s’en est déclarée propriétaire. Il a perdu « 99,7 % » de ses biens. Nombre de ses associés ont été assassinés ou contraints de s’allier à la mafia, qui, selon le FBI, s’était emparée de 80 % des entreprises commerciales russes en 1995. Certaines personnes ont été empoisonnées, d’autres ont été abattues.

Comment cela a conduit au plus grand vol de matériel nucléaire jamais commis

L’importance de tout cela ne peut être sous-estimée. Maintenant que Mogilevich avait le contrôle de sa propre banque, il pouvait faire des affaires encore plus importantes. Il a commencé à se concentrer sur le marché noir des armes nucléaires. Pour ce faire, il a fait voler trois tonnes d’uranium enrichi dans un entrepôt du Pacte de Varsovie en 1997, le plus grand vol de matériel nucléaire jamais commis, selon les services secrets. Mogilevich voulait vendre ce matériel radioactif au Moyen-Orient via le Tadjikistan. Cependant, les services secrets tchèques ont réussi à arraisonner la cargaison quelques jours avant qu’elle ne parte, et ils ont confisqué l’uranium. Mogilevich a toutefois réussi à éviter la justice en versant d’importants pots-de-vin et en faisant disparaître certains témoins clés.

Il a toujours été suggéré que Poutine protègeait Mogilevich. Le meilleur exemple date du 24 janvier 2008 : le patron de la mafia a été arrêté dans un supermarché de Moscou par une cinquantaine de policiers et de membres des forces de sécurité et il est accusé de fraude fiscale. En fait, la police visait Vladimir Nekrasov, propriétaire de la chaîne de magasins de parfums et de cosmétiques Arbat Prestige, qui aurait fraudé le fisc à hauteur de plus de 2 millions d’euros, mais par hasard, Mogilevich a également été arrêté. Le 24 juillet 2009, cependant, les deux hommes ont été libérés avec la déclaration que les charges n’étaient pas suffisamment graves pour justifier une détention plus longue. À l’époque, Mogilevich était recherché dans plus de 30 pays et figurait sur la liste des « dix fugitifs les plus recherchés » du FBI.

Un nouveau problème pour Konanykhin : les Russes obtiennent l’aide du FBI

Mais revenons à notre protagoniste. Une fois à New York, Konanykhin a remis des lettres de protestation à de hauts fonctionnaires de Moscou et à des membres de la presse, les mettant en garde contre la menace de la mafia en Russie. Cela a conduit à une enquête du bureau du procureur militaire basé à Moscou. Le procureur, Alexander Volvodez, a accusé M. Konanykhin d’avoir transféré illégalement 8,1 millions de dollars de la Russian Exchange Bank vers des comptes à l’étranger et de s’être rendu coupable d’une multitude d’autres crimes, et a demandé son extradition vers la Russie.

Comme les audiences devant un tribunal fédéral américain le révéleront plus tard, le FBI avait ouvert une antenne à Moscou à l’époque. Les procureurs américains et les fonctionnaires du FBI étant désireux d’établir des relations avec des fonctionnaires russes, ils avaient accepté d’aider Volvodez dans sa demande d’expulsion. Toutefois, la Russie et les États-Unis n’ayant pas conclu de traité d’extradition, les Américains ont essayé de l’expulser pour violation des lois sur l’immigration dans le cadre d’une violation mineure de visa. Cette allégation s’est avérée fausse et a été rejetée lors de la première audience de demande d’asile de Konanykhin aux États-Unis en 1999.

Le 27 juin 1996, des agents du service d’immigration et de naturalisation (INS) ainsi que des procureurs fédéraux russes ont arrêté Konanykhin et sa femme, Elena Gratcheva, dans leur appartement du Watergate à Washington DC. Le couple a été emmené à Arlington, en Virginie, et accusé d’avoir violé les conditions de leurs visas américains temporaires. Des audiences ont eu lieu entre le 19 juillet et le 2 août 1996 pour déterminer si, comme Konanykhin le prétendait, son expulsion avait été mise en scène par le procureur russe Volvodez pour des raisons politiques, et si la vie et/ou la liberté de Konanykhin étaient en danger. Le procès a également permis de déterminer si la police secrète russe avait pris le contrôle du secteur bancaire du pays et si le gouvernement américain avait été abusé par les Russes pour s’en prendre à Konanykhin.

Asile accordé, asile retiré

Au tribunal, Konanykhin a déclaré qu’il était visé par Volvodez et le gouvernement russe en raison de sa campagne anticorruption, et ses avocats ont affirmé qu’il avait transféré de l’argent sur des comptes privés pour éviter qu’il ne soit volé. Au cours du procès, des agents du FBI ont témoigné que la mafia russe avait précédemment proposé un « contrat » pour tuer Konanykhin. L’ancien procureur de l’INS Antoinette Rizzi, qui avait précédemment dirigé le dossier du gouvernement américain contre Konanykhin, et l’ancien agent du KGB Yuri Shvets ont témoigné qu’ils avaient de sérieux doutes sur les accusations portées par Volvodez et le gouvernement américain contre Konanykhin.

Le 26 août 1997, devant le tribunal fédéral d’Arlington, en Virginie, un accord de règlement a été conclu en faveur de Konanykhin, qui avait passé plus de 13 mois en détention. Le juge Ellis a déclaré qu’il trouvait les témoignages de Yuri Shvets et Antoinette Rizzi dans l’affaire d’immigration de Konanykhin « crédibles et quelque peu troublants ». En 1999, Konanykhin et Gratcheva ont obtenu l’asile politique aux États-Unis. Dans sa décision, le juge a écrit que les témoignages de plusieurs experts l’avaient convaincu que Konanykhin était la cible de persécutions pour des raisons politiques.

En 2003, cependant, la Commission des recours en matière d’immigration a révoqué l’asile politique de Konanykhin et les Américains lui ont ordonné de retourner en Russie. Cette décision est intervenue moins d’un mois après l’arrestation par Poutine de Mikhail Khodorkovsky, l’ancien rival bancaire de Konanykhin en Russie et son partenaire commercial pendant son exil. Alex Konanykhin avait été vice-président chargé du développement international de la banque de Khodorkovsky, Menatep.

Échec du vol vers le Canada et réhabilitation

Konanykhin et Gratcheva ont fui vers la frontière entre le Canada et les États-Unis pour échapper aux autorités d’immigration. Ils y ont été arrêtés le 18 décembre 2003 par plusieurs agents du département de la sécurité intérieure. Konanykhin et Gratcheva ont été sauvés de l’expulsion à la dernière minute par une série d’audiences d’urgence devant un tribunal fédéral. Le 26 janvier 2004, le tribunal a décidé que l’arrestation était illégale et que le couple pouvait rester temporairement aux États-Unis jusqu’à ce que l’appel dans leur affaire d’immigration soit épuisé. Pour la deuxième fois, le ministère américain de la Justice a été condamné à verser à M. Konanykhin des dommages et intérêts pour arrestation injustifiée.

Homme d’affaires prospère et, depuis l’année dernière, personnalité de la télévision

En 2005, toutes les accusations portées contre lui en Russie ont été abandonnées. Le 18 septembre 2007, Konanykhi a obtenu l’asile pour la deuxième fois. Pendant ce temps, il était déjà occupé à construire son empire aux États-Unis. Konanykhin et sa première épouse ont fondé les sociétés Internet KMGi (une agence de publicité), Publicity Guaranteed (une société de relations publiques) et The Syndicated News, un marché en ligne. En 2004, M. Konanykhin a été nommé « homme d’affaires de l’année à New York » par le Comité national républicain.

Sa société, KMGI, a également fondé une filiale, WikiExperts.us, qui se concentre sur la création d’articles Wikipédia pour les entreprises. L’édition payante de Wikipédia a suscité de nombreuses discussions en raison des conflits d’intérêts. Konanykhin a appelé au boycott des campagnes de collecte de fonds de Wikipédia : « Nous pensons que le boycott des efforts de collecte de fonds de Wikipédia pourrait l’obliger à lever des milliards par la publicité et à développer un contenu de bien meilleure qualité. » WikiExperts.us a été interdit d’édition de l’encyclopédie en ligne le 17 octobre 2013.

En 2011, M. Konanykhin a été nommé lauréat du prix WW IT Visionary 2011 de CIO America Latina par le magazine CIO. En 2011, KMGi, l’entreprise de Konanykhin, a fondé TransparentBusiness, qui permet aux employeurs ou aux clients de suivre sur ordinateur les activités de ceux qui travaillent pour eux. En 2019, M. Konanykhin a figuré sur la liste City & State « New York Tech Power 50 ».

En 2021, Konanykhin est devenu l’un des sept entrepreneurs qui ont formé le « Circle of Money » dans la série de télé-réalité américaine « Unicorn Hunters ». Le panel de télévision comprend également Steve Wozniak, fondateur d’Apple, Lance Bass (ancien membre de NSYNC), Rosa Gumataotao Rios ((ancienne trésorière des États-Unis), Moe Vela (ancien directeur de l’administration de Joe Biden), Scott Livingston (PDG de Livingston Securities) et Silvina Moschini ((cofondatrice de TransparentBusiness). Si les sept investisseurs représentés dans le panel choisissent d’investir ou non lorsque des entreprises potentielles présentent leurs activités, les téléspectateurs de l’émission peuvent également investir leur propre argent dans les entreprises mentionnées.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20