Quel impact d’un conflit Russie-Ukraine sur les prix de l’énergie et les marchés boursiers ? Quatre scénarios possibles

Les tensions croissantes entre la Russie et l’Ukraine occupent également les marchés financiers, la Russie étant un important fournisseur d’énergie de l’Union européenne. La plupart des observateurs boursiers n’envisagent pas pour l’instant un scénario de guerre, mais quantifient néanmoins les conséquences financières possibles.

Scénario 1 : le statu quo

À en juger par les récentes fluctuations des marchés financiers, de nombreux investisseurs semblent supposer le statu quo à court terme, la partie de poker entre le président russe Vladimir Poutine et le camp occidental se poursuivant pendant un certain temps, sans que la guerre psychologique ne se transforme en guerre réelle.

Selon une théorie largement répandue dans les salles de marché, les tensions géopolitiques sont prises en compte dans le prix actuel des actions, mais les conséquences d’un conflit militaire ne sont pas encore visibles.

Pour les marchés de l’énergie, les analystes d’ABN Amro partent du principe que la situation actuelle reste inchangée. « La Russie continuera à remplir ses obligations d’exportation de gaz conformément aux contrats de gaz existants, comme elle l’a toujours fait par le passé », soulignent-ils. « Néanmoins, dans ce scénario, les prix du gaz naturel resteront élevés pendant une période plus longue car les marchés resteront tendus, au moins jusqu’au printemps 2023. »

Scénario 2 : une attaque russe limitée en Ukraine

Si la Russie devait procéder à une invasion temporaire ou partielle de l’Ukraine, l’Occident imposerait immédiatement des sanctions économiques et financières à la Russie, ont déjà laissé entendre plusieurs chefs de gouvernement. Toutefois, il est difficile de savoir dans quelle mesure ces sanctions pourraient frapper l’économie russe.

Une difficulté pour l’Europe est que certaines mesures seraient également préjudiciables au continent lui-même. Par exemple, interdire à la Russie l’accès au système de paiement international SWIFT pourrait perturber l’importation de gaz russe.

La Russie pourrait tout simplement fermer le robinet du gaz et arrêter toutes les exportations de gaz vers l’Europe en guise de contre-réaction. Selon la plupart des experts, ce n’est pas ce que vise le Kremlin – car la Russie se tire aussi une balle dans le pied – mais on ne peut l’exclure complètement si les tensions s’aggravent.

« Comme il n’existe pas d’alternatives à court terme pour remplacer complètement les exportations de gaz russe vers l’Europe, l’approvisionnement en énergie devrait donc être rationné, notamment pour l’industrie. En outre, les prix du gaz naturel augmenteraient considérablement », préviennent les experts d’ABN Amro.

Ils soulignent que, par effet indirect, les prix de l’électricité augmenteraient également, en raison de la forte dépendance à l’égard des centrales électriques au gaz dans plusieurs pays européens.

Scénario 3 : invasion complète et occupation de Kiev

Dans le scénario le plus extrême, la Russie lancerait une invasion à grande échelle de son voisin, l’armée russe s’emparant de la capitale ukrainienne, Kiev, et le Kremlin installant un président aligné sur la Russie à la tête de l’État.

Le gestionnaire d’actifs Amundi estime à 10 % la probabilité d’une telle invasion à grande échelle. Selon ABN Amro, la probabilité d’une « escalade majeure » est d’environ 5 %. Les investisseurs ne doivent donc pas le prendre comme scénario de base, disent-ils, mais le risque n’est pas négligeable non plus.

Les conséquences d’une invasion à grande échelle – politiquement, militairement et économiquement – pourraient être incalculables. Non seulement les prix du gaz et de l’électricité, mais aussi ceux du pétrole monteraient en flèche, souligne ABN Amro, et la Russie pourrait arrêter ses exportations de pétrole vers l’Europe.

Si les prix du pétrole dépassent les 100 dollars le baril, le conflit entre la Russie et l’Ukraine deviendra un problème mondial, estiment les analystes, car les prix du pétrole sont essentiels à l’économie mondiale.

Les analystes d’ING notent que la Russie est également un acteur majeur dans d’autres matières premières, comme les métaux et les produits agricoles. Des tensions apparaîtront également sur ces marchés.

Les marchés boursiers risqués – en particulier l’Europe – seront touchés et il y aura une fuite internationale vers les valeurs refuges, comme le dollar américain, prévoit Amundi dans son scénario catastrophe.

Scénario 4 : un compromis inattendu

Cela semble peu probable compte tenu du récent échange de propos acerbes entre M. Poutine et les dirigeants occidentaux, mais dans un scénario optimiste, un accord diplomatique entre la Russie, l’Ukraine, les États-Unis et l’Europe sur les frontières de l’OTAN serait conclu.

Comme les tensions géopolitiques, selon la plupart des experts boursiers, sont actuellement prises en compte dans les prix actuels, un tel compromis pourrait entraîner une baisse des prix de l’énergie. « Une désescalade de la situation tendue actuelle verrait les marchés de l’énergie commencer à se normaliser », écrivent les analystes d’ABN Amro.

Un rallye de secours s’annonce alors pour les marchés boursiers. En particulier, les actions européennes à risque, que certains grands investisseurs évitent actuellement en raison de l’incertitude actuelle, en profiteraient et monteraient en flèche.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20