Biden et Zelensky ont discuté d’une potentielle invasion de l’Ukraine par la Russie… et ils ne sont pas du tout d’accord sur le timing

Ce jeudi, les présidents américain et ukrainien se sont parlé au sujet de la menace russe qui plane sur l’Ukraine. Constat: les craintes de Joe Biden sont plus vives que celles de Volodymyr Zelensky.

D’après Axios, qui a pu compter sur le témoignage de personnes ayant assisté à la discussion, les deux hommes ont eu un désaccord quant au caractère « imminent » du possiblement lancement de l’offensive russe.

Biden avait déjà déclaré auparavant qu’il pensait que Vladimir Poutine allait probablement « s’installer » en Ukraine. La porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré jeudi après-midi qu' »une invasion pourrait survenir à tout moment ».

Lors de sa discussion avec Zelensky, Biden a même annoncé que la Russie pourrait enclencher une invasion dès le mois de février, profitant du gel du sol ukrainien. C’est pour cette raison que les États-Unis envoient autant d’armements, a-t-il expliqué.

Un pessimisme qui embête Kiev

Le président ukrainien, lui, est conscient que la menace d’une invasion est bien réelle, mais qu’elle n’est pas plus pressante que les mois précédents. Son gouvernement serait même plutôt embêté par signaux d’alarme lancés par Washington, estimant qu’ils nuisent à l’économie et au moral de la population.

Il faut dire que Biden n’est pas avare en déclarations tapageuses ces derniers jours: il a annoncé mardi que l’offensive russe constituerait « l’invasion la plus importante depuis la Seconde Guerre Mondiale« .

Dans le même temps, le ministre ukrainien de la Défense, Oleksii Reznikov, rassurait le parlement en assurant qu’une attaque n’était pas imminente. « Ne vous inquiétez pas, dormez bien », a-t-il dit. « Pas besoin de faire vos valises. »

Où en est-on réellement ?

Tout les experts s’accordent à dire que la Russie se prépare à attaquer l’Ukraine. Quand et comment ? Là, il n’y a pas consensus. Certains pensent que Moscou optera pour des opérations de moindre envergure visant à déstabiliser Kiev, d’autres estiment qu’une opération de grande ampleur est en préparation, lors de laquelle la capitale elle-même serait envahie.

Konrad Muzyka, analyste de la défense spécialisé dans les questions relatives à la Russie et à la Biélorussie, a fait remarquer jeudi sur Twitter que la Russie avait récemment positionné 10 groupes en Biélorussie, près des frontières de l’Ukraine. Moscou assure qu’il s’agit d’un exercice: si c’est bien le cas, il s’agirait du plus grand exercice de l’histoire moderne de la Russie. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a quant à lui estimé que c’était surtout un « déguisement d’exercice », faisant grossir les rumeurs voulant que Poutine prépare une invasion majeure et imminente.

Là où bon nombre d’experts sont d’accord c’est que, malgré le fait que les défenses ukrainiennes se sont améliorées depuis 2014, elles ne tiendraient pas le choc bien longtemps face aux russes. Un déséquilibre si important qui pourrait déboucher sur un conflit finalement pas si meurtrier. Michael Kofman, expert américain sur la Russie, pense par exemple que l’objectif serait d’occuper une partie importante du territoire, ou d’encercler Kiev, et de forcer le gouvernement à capituler.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20