D’escalade en escalade en Ukraine: les États-Unis rappellent les membres des familles du personnel de l’ambassade

Le ministère américain des Affaires étrangères a ordonné aux familles du personnel des ambassades en Ukraine de quitter le pays dès lundi. Des officiels américains l’ont confirmé à la chaîne de télévision américaine Fox News. La semaine prochaine, le ministère devrait également encourager les Américains à quitter l’Ukraine par des vols commerciaux.

Moscou a rassemblé des dizaines de milliers de soldats à la frontière avec l’Ukraine, ce qui fait craindre une invasion à beaucoup. Aux États-Unis, donc, l’autorité semble envisager ce scénario grave.

Matériel militaire en renfort

Le fait que l’Amérique soit du côté de l’Ukraine à cet égard est démontré par la livraison d’équipements militaires auxiliaires au pays d’Europe de l’Est. Cela se serait passé dans la nuit du vendredi au samedi. Il s’agirait principalement de munitions pour armes légères. Une cargaison de missiles antichars doit suivre la semaine prochaine.

De l’autre côté du conflit potentiel, des avions de chasse russes avancés sont maintenant arrivés au Belarus, au nord de l’Ukraine. Le Pentagone, le ministère américain de la défense, s’inquiète du fait que la capitale de l’Ukraine « soit désormais dans le collimateur », selon une source de Fox.

Missiles visant les pays européens

Vendredi, le secrétaire d’État américain et son homologue russe se sont rencontrés à Genève, en Suisse. Ils ont négocié une solution possible au conflit ukrainien, mais se sont séparés sans accord.

Washington a rejeté les principales demandes de Moscou – la promesse que l’Ukraine ne sera jamais acceptée comme membre de l’OTAN, qu’aucune arme de l’alliance militaire occidentale ne sera déployée près des frontières de la Russie et qu’elle retirera ses troupes d’Europe centrale et orientale.

Si ces promesses n’étaient pas tenues, la Russie a menacé, l’année dernière déjà, de répondre, en installant des missiles visant les pays européens. « Nous devons faire peser la même menace sur ceux qui nous menacent », a déclaré le président russe Vladimir Poutine. « Et on pourrait faire ça maintenant. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20