« Profiteurs de guerre »: le prix du pétrole baisse, mais pas à la pompe

Même au 20e jour de la guerre, les bombardements russes sur les villes ukrainiennes se poursuivent. Cependant, de plus en plus de doutes sont émis quant à l’efficacité de l’armée russe. Selon les services de renseignement américains, ils ont demandé une assistance militaire. Les spécialistes de la défense estiment que l’armée russe n’a pas les moyens d’occuper Kiev, ce qui expliquerait les bombardements continus.

Pendant ce temps, les conséquences économiques du conflit restent difficiles à évaluer. Par exemple, la chute du prix du pétrole sous les 100 dollars le baril, lundi, nous a pris par surprise. Un chiffre inférieur de plus de 20 % par rapport au sommet de la semaine dernière, qui avait presque annulé la hausse des prix provoquée par la guerre en Ukraine.

Les investisseurs sont moins préoccupés par les pénuries de production et les experts du marché soulignent que les prix du pétrole sont actuellement dans une tendance à la baisse de toute façon, écrit ABM.FN.

Mais il y a d’autres raisons :

  1. Le retour des lockdowns massifs en Chine suscite des inquiétudes quant à la chaîne d’approvisionnement et à la croissance économique chinoise, qui a un impact sur la demande.
  2. Les prix du pétrole réagissent aux rumeurs positives concernant les négociations de cessez-le-feu en Ukraine, bien que la volatilité persiste.
  3. L’OPEP augmente sa production et ne signale aucune pénurie.
  4. Le pétrole russe parvient toujours à trouver son chemin vers les marchés, du moins en partie, malgré les sanctions financières.
  5. Le 8 mars, les fonds à effet de levier avaient des positions courtes sur le pétrole (NYMEX WTI) d’une valeur de 25 millions de barils seulement, l’une des plus faibles positions courtes de ces dernières années. Maintenant que les positions courtes ont été ramenées à des niveaux historiquement bas, les conditions ont été créées pour un nouveau cycle de vente qui a réduit le risque extrême de hausse des prix.

« Big Oil enregistre ses plus gros profits depuis 7 ans »

Bien que le prix du pétrole soit en baisse, cela n’est pas encore perceptible à la pompe. Ceci est dû à la manière dont le FPS Economie calcule les tarifs maximums. Le prix maximum de l’essence et du diesel est calculé sur la base d’une moyenne des 20 jours précédents. Cela explique pourquoi les prix à la pompe changent moins vite. Cela devrait protéger les consommateurs contre les prix parfois très volatils du marché.

Mais l’augmentation extrême offre aux compagnies pétrolières une occasion supplémentaire d’améliorer leurs marges. Les marchés pétroliers – comme les marchés financiers – n’ont pas de conscience. L’industrie des combustibles fossiles, qui a souvent été enterrée, célèbre son apogée. « Big Oil » – c’est-à-dire Exxon Mobil, Chevron, Shell, BP et Total Energies – annonce ses bénéfices les plus élevés depuis 7 ans.

Des marges qui, dans plusieurs pays, seront en partie financées par l’intervention des gouvernements. Dans notre pays, un réservoir de 60 litres coûtera donc 10,5 euros de moins.

Non seulement les compagnies pétrolières distribuent de l’argent, mais les entreprises de transport et autres répercutent les hausses de prix sur les entreprises et les consommateurs, ce qui entretient la spirale. « Profiteurs de guerre » est une expression qui circule sur les médias sociaux.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20