La prochaine victime est connue: la Russie ferme le robinet de gaz à la Lettonie

L’entreprise publique russe Gazprom a annoncé qu’elle avait interrompu les flux de gaz naturel vers l’État balte de Lettonie. Suite à cette nouvelle, le prix de référence néerlandais du gaz naturel a augmenté d’environ 6% aujourd’hui.

Un autre pays a été coupé du gaz russe. Gazprom a déclaré ce week-end qu’il avait également interrompu l’approvisionnement de la Lettonie, membre de l’UE et de l’OTAN, rapporte le journal économique américain Wall Street Journal.

Paiement en roubles : c’est non

Le géant gazier russe a été contraint de le faire en raison d’une  » violation des conditions d’extraction du gaz  » ; aucun autre détail n’a été fourni. La société énergétique lettone Latvijas Gāze a toutefois éclairci la situation : elle a indiqué qu’elle payait le gaz russe en euros et non en roubles, comme le dictateur russe Vladimir Poutine et Gazprom l’avaient exigé.

Depuis que la Russie a envahi l’Ukraine voisine, le régime de Poutine a complètement interrompu l’approvisionnement en gaz de la Pologne, de la Bulgarie et du Danemark, tout en réduisant fortement l’approvisionnement en gaz de l’Allemagne via le gazoduc Nord Stream 1.

Nos voisins du nord ont également souffert des nouvelles règles (la demande de Poutine) de payer des roubles pour les livraisons de gaz. Le grossiste néerlandais GasTerra a refusé de le faire, si bien que là aussi, les flux de gaz ont été arrêtés par Gazprom.

Crise énergétique en Europe

Historiquement, la Lettonie est totalement dépendante du gaz russe. Mais après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le pays balte avait déclaré qu’il trouverait des sources d’énergie alternatives d’ici le début de 2023.

D’autres pays de l’UE ont tenté de réduire leur demande de gaz, tout en se préparant à une éventuelle interruption complète des approvisionnements russes.

« Du mal au pire »

Dans une note publiée aujourd’hui, les analystes de Bank of America ont déclaré que la crise du gaz en Europe s’aggrave alors que les réserves hivernales pourraient s’épuiser. « La situation du gaz en Europe est en train de passer rapidement de notre scénario ‘mauvais’ à notre scénario ‘pire’ au cours du mois dernier », indique la note, citée par le site économique Business Insider.

« Dans l’éventualité d’un arrêt complet de l’approvisionnement en gaz, l’UE devra faire des choix et réduire sa consommation de gaz naturel de 30% », a déclaré précédemment Fatih Birol, directeur de l’Agence internationale de l’énergie, dans une interview accordée à Bloomberg.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20