Les Etats baltes montrent l’exemple, mais s’y sont préparés: ils ferment les vannes du gaz russe

La Lettonie, emboite le pas de la Lituanie parmi les premiers pays de l’Union européenne à se passer entièrement de gaz importé de Russie, signale Euractiv. Une décision prise de manière assumée en représailles à l’invasion de l’Ukraine, confirme Le responsable de l’opérateur national de stockage de gaz naturel de Lettonie.

« S’il y avait encore des doutes sur la possibilité de faire confiance aux livraisons de la Russie, les événements actuels nous montrent clairement qu’il n’y a plus de confiance », a déclaré Uldis Bariss, PDG de Conexus Baltic Grid. « Depuis le 1er avril, le gaz naturel russe ne circule plus en Lettonie, en Estonie et en Lituanie », a-t-il déclaré à la radio lettone. Il a ajouté que le marché balte était actuellement desservi par les réserves de gaz stockées dans le sous-sol du pays.

Refus du diktat en roubles

Dès le 1er avril, c’était la Lituanie voisine qui ouvrait la marche en déclarant que la république balte se passerait dorénavant d’énergie venue de Russie. Ces deux pays sont ainsi les premiers de l’Union européenne à décréter un embargo sur le gaz, alors que le Kremlin avait exigé que dorénavant, celui-ci devrait être payé en roubles, sous peine de rupture des contrats.

Alors que les États-Unis ont interdit l’importation de pétrole et de gaz russes, l’Union européenne – qui a reçu environ 40 % de ses approvisionnements en gaz de la Russie en 2021 – a conservé les livraisons de Moscou. Mais dans les pays baltes, la dépendance énergétique envers la Russie est considérée de longue date comme une vulnérabilité, et les trois capitales planifiaient depuis des années de s’en passer en trouvant des sources énergétiques alternatives. L’Estonie préfère ainsi se fournir depuis des années auprès de la Lituanie voisine ou encore de la Finlande plutôt que de dépendre des pipe-lines russes. Actuellement, le pays se passe presque totalement de gaz naturel : près de 90 % de l’électricité estonienne est produite à partir de pétrole et de gaz dérivés du schiste bitumineux. Le reste de la production d’électricité provient principalement de la biomasse et du vent, selon l’Energy Information Administration américaine. La Première ministre estonienne a appelé les autres pays d’Europe à aussi aller dans ce sens.

Pas de retour à la normale après la guerre

Le président lituanien Gitanas Nausėda a appelé le reste de l’UE à suivre l’exemple balte. »À partir de ce mois-ci – plus de gaz russe en Lituanie », a-t-il déclaré sur Twitter. « Il y a des années, mon pays a pris des décisions qui nous permettent aujourd’hui, sans douleur, de rompre les liens énergétiques avec l’agresseur. Si nous pouvons le faire, le reste de l’Europe peut le faire aussi ! »

S’exprimant sur Sky News, M. Nausėda a déclaré qu’il comprenait que les autres pays de l’UE « aient besoin de temps pour rompre leurs liens énergétiques avec la Russie ». Mais il a ajouté qu’il était hors de question que l’Europe reprenne ses activités habituelles avec la Russie après la guerre en Ukraine: « Même lorsque la guerre en Ukraine sera terminée, nous ne pourrons pas revenir aux affaires courantes. L’attitude de l’Europe à l’égard de la Russie doit changer radicalement. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20