Pour développer son monde virtuel et attirer les foules, Meta mise sur un traducteur universel

L’entreprise de Mark Zuckerberg met les petits plats dans les grands pour s’assurer que son projet de métavers rencontrera un grand succès. Depuis l’annonce de son changement de nom, Meta ne cesse de faire part de ses ambitions pour son futur monde virtuel. La dernière annonce en date concerne un traducteur universel.

Avec son projet de métavers, ce sont les fondements mêmes de Facebook qui seront amenés à changer. Meta a d’ailleurs initié ce changement en mettant à jour les valeurs de l’entreprise, une première depuis 2007. Mercredi, à l’occasion de l’évènement « Inside the Lab : Building for the metaverse with AI », Meta a une nouvelle fois démontré toute son ambition pour le métavers en annonçant le développement d’un « système universel de traduction vocale ».

Plus qu’un traducteur

L’idée est tout simplement que tous les utilisateurs du métavers puissent communiquer avec tout le monde, sans que la langue ne soit un obstacle à l’expérience. Un projet particulièrement ambitieux puisque Meta assure que son outil sera capable de traduire vocalement en temps réel.

L’entreprise de Mark Zuckerberg n’est pas la première à penser à cela. D’autres avant elle ont déjà tenté de mettre au point un dispositif permettant de traduire instantanément les propos d’une personne qui s’exprime oralement dans n’importe quelle langue. C’est notamment le cas de The Pilot.

Traduire toutes les langues

« La capacité de communiquer avec n’importe qui dans n’importe quelle langue, c’est un superpouvoir dont les gens ont rêvé depuis toujours, et l’IA va nous l’offrir de notre vivant », a indiqué Mark Zuckerberg. Durant l’évènement, le fondateur de Facebook a tout de même rappelé que certaines langues parlées dans le monde étaient absentes de la plupart des traducteurs actuels. Un souci auquel Meta souhaite apporter une solution avec son programme « No language left behind », soit « aucune langue laissée de côté ».

L’intelligence artificielle que développe Meta pour parvenir à ce que tous les visiteurs de son métavers se comprennent devra être en mesure d’apprendre et de maitriser des langues pour lesquelles les référentiels écrits nécessaires sont limités. Autrement dit, grâce à l’apprentissage automatique, l’IA sera en mesure de comprendre et de traduire des langues et dialectes peu répandus ou peu documentés.

Un projet particulièrement ambitieux qui devrait prendre plusieurs années à Meta avant de voir le jour, à l’image de son métavers. L’entreprise n’a d’ailleurs toujours pas donné de calendrier, preuve que le projet dans sa globalité est titanesque.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20