Michael Burry, l’investisseur du « Big Short », prédit un « effet Bullwhip » : qu’est-ce que c’est et pourquoi est-ce important ?

Le légendaire gestionnaire de fonds spéculatifs voit un autre scénario que celui d’une inflation accrue et de hausses de taux sans fin de la part des banques centrales.

Michael Burry, le tristement célèbre patron du fonds Scion Asset Management, a laissé entendre dans un tweet lundi que la Réserve fédérale, la banque centrale américaine, pourrait ne plus relever ses taux d’intérêt. Il est possible que la Fed décide même de les baisser, estime Burry.

Selon lui, cela dépend de l’effet « Bullwhip ». Ce phénomène, également connu sous le nom d’effet de fouet, indique une fluctuation de la demande de commandes au sein d’une chaîne d’approvisionnement. Dans ce cas, Burry parle des conséquences déflationnistes qui peuvent se produire lorsque les détaillants détiennent trop de stocks.

Burry pense que les prix des marchandises peuvent baisser parce que les commerçants veulent se débarrasser de leurs stocks excessifs. Cela baisserait en partie l’inflation, permettant à la Fed de réduire sa politique de taux d’intérêt. Puis les magasins s’approvisionnent à nouveau massivement et le phénomène se répète. « Cycles », note sèchement Burry.

Les conséquences déflationnistes sont déjà visibles

Un problème d’approvisionnement se pose sur les marchés depuis plusieurs mois. Ces dernières semaines, des signaux déflationnistes ont lentement commencé à émerger, suggère l’auteur Jared Dillian. Par exemple, le Bloomberg Commodity Index, un indice de référence qui suit le marché des matières premières par le biais de contrats à terme, a chuté d’au moins 10% depuis le 9 juin, souligne Dillian. Toutefois, l’indice de référence a augmenté de 43% depuis décembre. L’énergie, les métaux et les produits agricoles verraient finalement tous leurs prix baisser.

Les conséquences déflationnistes dont parle Burry semblent donc déjà se manifester. L’indice des prix à la consommation (IPC) américain de juin, qui doit être annoncé le 13 juillet, semble devoir tomber en dessous des 8,6 % enregistrés en mai. « Pour croire le contraire, il faudrait ignorer toute une montagne de données économiques », écrit Dillian.

L’inflation comme conséquence de la thésaurisation pendant la pandémie

Si l’analyse de Burry est correcte, la hausse du taux d’inflation ne serait pas enrayée par la politique de resserrement des taux d’intérêt de la Fed, mais par une vente massive de biens. Dans le passé, la Fed devait régulièrement pousser les taux d’intérêt au-dessus du taux d’inflation pour refroidir la masse monétaire. Cela conduit presque exclusivement à une récession douloureuse de l’économie.

« Il se peut qu’il y ait encore un élément temporaire dans l’inflation actuelle qui était une fonction de l’assouplissement, des dépenses gouvernementales et de la thésaurisation pendant la pandémie », estime Dillian. Maintenant que ces variables ont disparu, l’inflation pourrait baisser d’elle-même. Et cela pourrait susciter un optimisme haussier sur les marchés boursiers et obligataires.

Le marché baissier actuel repose sur l’idée que la Fed n’a d’autre choix que de relever les taux d’intérêt et de pousser l’économie en récession pour maîtriser l’inflation.

« Cassandre »

Michael Burry est devenu célèbre en pariant en 2005 que le marché immobilier américain était une énorme bulle qui allait s’effondrer. Burry a parié pendant des années contre les hypothèques surévaluées sur ce marché immobilier. En 2007, il a eu raison lorsque le marché a stagné et est finalement devenu la cause de la crise de 2008.

Ainsi, lorsque Burry fait une prédiction sur les marchés, cela vaut souvent la peine de considérer au moins son opinion. Le gestionnaire de fonds spéculatifs se fait appeler « Cassandre » sur Twitter, en référence à une princesse troyenne qui a prédit la chute de sa ville, mais n’a été crue par personne.

Son point de vue sur le problème de l’offre et de l’inflation est, dans ce cas, partagé par plusieurs experts. Toutefois, la plupart des analystes s’attendent toujours à ce qu’une récession survienne inévitablement.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20