Les prix de l’uranium ont atteint leur plus haut niveau depuis plusieurs années, mais cela risque de ne pas durer

Les prix de l’uranium ont augmenté de 60 % le mois dernier grâce aux achats importants de minerais radioactifs par un fonds d’investissement particulier. Toutefois, la grande banque d’investissement Morgan Stanley estime que la reprise s’essoufflera l’année prochaine.

Pourquoi est-ce important ?

Les prix de l'énergie montent en flèche au niveau mondial. Selon Daniel Kral, économiste à Oxford, la hausse des prix déclenchera "une accélération de l'inflation au sein de la zone euro". Cependant, l'énergie est un vaste domaine, et ce boom existe pour plusieurs raisons. Qu'est-ce qui se cache derrière, en ce qui concerne le marché de l'uranium ?
  • Les prix au comptant de l’uranium étaient à leur plus bas niveau historique en août, avant de commencer à grimper pour atteindre ce qui est maintenant un gain de 58 % en quatre semaines, écrit Business Insider.
  • Le prix s’est négocié au-dessus de 47 dollars vendredi ; il a même frôlé la barre des 50 dollars la semaine dernière pour la première fois depuis 2012, selon S&P Global Platts.
  • Les stratèges européens de Morgan Stanley spécialisés dans les matières premières ont déclaré que le Sprott Physical Uranium Trust est le moteur du regain d’intérêt pour l’uranium.
    • Le fonds basé au Canada est le seul à détenir la matière première physique au lieu des contrats à terme.
      • La reprise des prix a encore du temps devant elle, mais les stratèges Marius van Straaten et Susan ont déclaré qu’ils n’étaient « pas encore convaincus » que la reprise puisse se poursuivre jusqu’en 2022. Les investisseurs pourraient avoir du mal à poursuivre sur leur lancée.

« Source d’énergie propre et efficace »

Le Sprott uranium trust achète de l’uranium sur le marché spot, le marché de la livraison et du paiement immédiats, depuis la mi-août, après sa création en juillet. Le fonds a acheté un total de 27,7 millions de livres de l’élément radioactif, dont l’achat massif de 1,45 million de livres de « yellowcake », un type de poudre concentrée d’uranium, jeudi dernier.

L’argument d’investissement du fonds pour l’uranium comprend le fait que l’énergie nucléaire est une source d’énergie propre et efficace de plus en plus populaire auprès des décideurs politiques du monde entier qui tentent d’atteindre les objectifs de réduction du carbone.

« Un vrai prix d’aubaine »

« Il reste à voir combien de temps le rythme actuel de la demande d’investissement peut être maintenu, mais certains bulls soutiennent que nous ne verrons pas le prix baisser car les achats de fonds diminuent. Cela est dû au fait que ‘l’amélioration de la liquidité du marché a révélé le ‘vrai’ prix au comptant », a déclaré Morgan Stanley.

« D’un autre côté, l’amélioration de la visibilité des stocks d’uranium auparavant cachés pourrait devenir une surcharge pour le marché, les sorties de fonds physiques constituant également un risque potentiel », ont ajouté les stratèges.

Selon Morgan Stanley, l’uranium a rejoint une hausse plus large des prix des ressources naturelles. Mais alors que « les prix du charbon et du gaz naturel sont poussés à la hausse par un réel resserrement du marché, les fondamentaux sous-jacents de l’offre et de la demande d’uranium n’ont pas changé de manière significative ces derniers mois pour justifier cette hausse de prix ».

Offre des mines déclassées

L’Association nucléaire mondiale prévoit un marché équilibré jusqu’en 2028 en raison de la diminution des stocks des centrales et du retour de l’offre des mines déclassées, ce dernier point nécessitant une hausse des prix en premier. Le cabinet de conseil UxC prévoit, toujours selon Insider, une baisse des stocks mondiaux pouvant atteindre 30 millions de livres par an.

« Ce n’est que lorsque ces stocks de services publics seront matériellement épuisés que le besoin réel de prix plus élevés pour stimuler le retour de l’offre bloquée deviendra plus urgent, selon nous », a déclaré Morgan Stanley.

Les stratèges en matières premières restent optimistes quant à l’uranium à moyen terme, prévoyant un prix maximal de 49 USD par livre d’ici 2024. Mais : « (…) l’actuel rallye mené par les investisseurs pourrait ne pas se transformer en un ‘vrai’ marché haussier axé sur le déficit, et nous pourrions assister à une certaine faiblesse des prix entre les deux ».

Investisseurs de détail

Entre-temps, les actions d’uranium ont été « enfin remarquées par les investisseurs particuliers » la semaine dernière, selon Vanda Research, qui suit l’activité de négociation parmi les investisseurs particuliers.

« Les achats se sont concentrés sur le Global X Uranium ETF et sur Cameco, qui a également connu une forte hausse des volumes d’appels – un signe que les investisseurs de détail spéculatifs courent après le momentum », a-t-il écrit cette semaine. Cameco est un producteur d’uranium canadien.

Pour aller plus loin :

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20