Les marchés chinois en chute libre: le mot ‘bourse’ est désormais interdit sur les réseaux sociaux

Photo by SheldonCooper/SOPA Images/Shutterstock/Isopix

La bourse de Shanghai est en chute libre depuis fin février, ce qui a provoqué un vent de panique dans les rangs des investisseurs chinois. Pour tenter de calmer les esprits, les autorités ont rendu impossible les recherches autour des mots ‘bourse’ et ‘marché boursier’ sur les réseaux sociaux.

La panique boursière est devenue à ce point extrême cette semaine que le pouvoir chinois a dû intervenir afin de calmer les marchés. La possibilité de rechercher sur Internet des informations sur le marché boursier est presque entièrement limitée depuis mardi dans tout le pays.

Source: CNN

Sur Weibo, l’équivalent chinois de Twitter qui compte un demi-milliard d’utilisateurs, les recherches pour les mots ‘bourse’ ou ‘marché boursier’ ont été désactivées. Les termes ont donc temporairement atterri sur la liste de la censure de l’internet chinois. Depuis ce mercredi, il est n’est plus possible de faire une recherche pour ‘crash’ ou ‘actions’. Certains internautes chinois se demandent toutefois si le manque d’information ne risque pas de provoquer encore plus de panique.

Ce mercredi, la bourse de Shanghai a ouvert sur une légère reprise de 0,67%, à 3.381 points.

L’illusion d’un marché haussier

Les médias chinois se sont également montrés extrêmement discrets cette semaine par rapport à cette tempête qui frappe le marché boursier. Par exemple, aucun des principaux journaux financiers du pays ne parlait de la bourse ce mercredi matin. Les articles des premières pages étaient plutôt consacrer aux plans de Xi Jinping pour améliorer la défense nationale ou encore à la réunion annuelle de la direction du parti communiste.

Les médias chinois sont connus pour minimiser les problèmes économiques du pays. Ils veulent ainsi éviter la panique et le cynisme des investisseurs et des consommateurs. Même lorsque Donald Trump a annoncé les nouveaux droits de douane sur les produits chinois en 2019, les médias chinois ont continué à rapporter que le marché intérieur resterait un marché haussier en pleine de confiance. En réalité, le pays a encaissé des coups économiques qui ont conduit à un marché baissier, avec des chocs à la baisse prolongés.

Dans certains cas, les médias semblent même diffuser de fausses informations sur le marché boursier. Le Shanghai Securities News, l’un des quotidiens financiers les plus lus, a par exemple affirmé que les investisseurs allaient acheter des actions en masse mardi. Ces soi-disant ‘rumeurs’ selon lesquelles des rachats à grande échelle de la part de fonds d’actions étaient en cours ont rapidement été démenties avec vigueur.

Le CSI 300 reste instable

Le problème du marché baissier reste un défi de taille pour le gouvernement chinois. Au cours des 14 derniers jours ouvrables, le CSI 300, l’indice boursier chinois des 300 principales capitalisations boursières du pays, a déjà plongé de 14%.

Il s’agit de la plus forte baisse en 13 ans. Pas moins de 1.300 milliards de yuans, soit 163 milliards d’euros, sont déjà partis en fumée.

Lire aussi: