Les investisseurs se trompent de ‘Signal’ et une toute petite entreprise en profite

Signal – Isopix

L’intérêt grandissant pour la messagerie Signal n’a pas échappé aux investisseurs. Ils ont voulu en profiter en achetant des actions de cette entreprise mise sur le devant de la scène par Elon Musk et Jack Dorsey. Mais ils se sont trompés d’entreprises et une petite firme spécialisée dans les services médicaux a remporté le pactole.

Vendredi, Elon Musk, CEO de Tesla et SpaceX, très suivi sur les réseaux sociaux, tweetait ‘Use Signal’. Le message a été également repris par le fondateur de Twitter, Jack Dorsey. L’idée était d’enjoindre la population à utiliser le service de messagerie Signal qui propose de meilleures garanties de confidentialité que WhatsApp. La publicité a fonctionné et l’application s’est hissée en haut du top des téléchargements sur l’App Store d’Apple et le Google Play Store.

Les investisseurs, toujours à l’affut des technologies qui gagnent en popularité, ont voulu sauter sur l’occasion pour acheter des actions de l’entreprise Signal avant que celles-ci ne décollent. Problème : l’entreprise derrière l’application Signal est une ASBL et elle n’est donc pas cotée en Bourse.

De nombreuses personnes, qui ne savaient pas ce détail, ont acheté des actions de l’entreprise Signal Advance inc., qui n’a absolument aucun lien avec la messagerie.

Signal Advance

L’entreprise Signal Advance a vu son cours boursier grimper de plus de 5.000% en trois jours ouvrables. Jeudi, une action de la firme valait 0,60 dollar en bourse, lundi, à l’ouverture, la même action valait 38 dollars. La messagerie Signal avait pourtant précisé vendredi que les deux entreprises n’étaient pas liées et que les investisseurs se trompaient.

Et l’erreur est de taille puisque Signal Advance est en réalité une toute petite entreprise qui propose des solutions technologiques aux travailleurs dans les soins de santé. Créée en 1992, elle entre en bourse en 2014. Aujourd’hui, l’entreprise ne compte qu’un seul travailleur, Chris Hymel, son CEO. Elle est si petite qu’elle n’a plus enregistré de rapport financier auprès de la Securities and Exchange Commission en 2019 et 2020.