Les incendies en Australie ont déjà rejeté la moitié des émissions annuelles du pays

Les incendies dévastent des forêts entières, décimant la faune et la flore. EPA

Les incendies qui dévastent l’Australie ont déjà émis la moitié des quotas annuels de rejets de CO2 du pays. Une catastrophe écologique que les forêts incendiées peineront à résorber.

Depuis le début du mois d’août, les régions du New South Waleset du Queensland sont victimes de feux de forêts d’une ampleur inédite. Des milliers de kilomètres carrés de forêts, l’équivalent de la Belgique, ont disparu dans les flammes, qui emportent avec elles nombre d’animaux, d’oiseaux et d’insectes

Ces incendies géants produisent une énorme quantité de CO2. 306 millions de tonnes se retrouvent ainsi dans l’atmosphère. Soit, en 4 mois, la moitié des émissions totales du pays sur l’année passée, rapporte la NASA. Habituellement, les incendies représentent 5% des émissions totales de l’île.

Double catastrophe

L’impact de ces incendies est double. Tout d’abord, les fumées émises par les incendies sont autant de pollution qui menacent la santé des habitants et l’écosystème de la région. Et même ailleurs : l’agence européenne Copernicus a expliqué à l’agence Bloomberg que les gaz se propageaient jusqu’en Amérique latine.

L’autre catastrophe concerne d’ores et déjà l’après. Les arbres brûlés sont autant de purificateurs disparus. La NASA a pointé qu’il faudrait des décennies pour que les nouvelles repousses puissent résorber l’énorme quantité d’émissions.

L’année 2019 aura été une année record pour les feux forestiers. Outre les foyers australiens, l’Indonésie et l’Amazon avaient déjà été la proie des flammes. Un phénomène étendu jusqu’en Arctique.

Pas d’abandon des énergies fossiles

Cette catastrophe écologique n’alarme pas le premier ministre conservateur Scott Morrison. Rentré précipitamment de vacances pour mesurer l’ampleur des dégâts, il a toutefois indiqué sa volonté de maintenir l’industrie énergétique du charbon dans le pays. ‘Nous n’allons pas nous engager dans des objectifs irresponsables, destructeurs d’emploi et nuisibles pour l’économie qui sont demandés’ a-t-il déclaré sur les radios australiennes. L’Australie produit un tiers des exportations mondiales du charbon.

Il s’est par ailleurs montré confiant dans le respect des émissions autorisées par le traité de Paris.

Les habitants de leur coté se mobilisent pour montrer leur mécontentement. Plus tôt ce mois-ci, ils étaient près de 20.000 à manifester dans les rues de Sydney en opposition à la politique énergétique du gouvernement conservateur.