Les Français peuvent se faire tester au covid-19 en moins de 5 minutes

Isopix

Depuis ce samedi, les pharmacies françaises qui le souhaitent peuvent effectuer des tests rapides pour la covid-19 à la demande du client. Une seule goutte de sang suffit pour vérifier la présence ou non du virus.

Ces tests rapides nommés TROD sont disponibles depuis samedi. Leur fonctionnement est très simple. Le pharmacien pique le doigt du client et dépose une goutte de sang sur un réactif. La réponse est connue en quelques minutes.

Mais attention, il ne s’agit que d’une orientation de diagnostic. Si le test se révèle positif, la personne devra ensuite faire un test plus poussé pour confirmer l’infection. Il n’est donc pas suffisant pour être déclaré atteint du covid-19.

En outre, un test négatif n’affirme pas avec 100% de certitude que vous n’êtes pas infecté. Car les TROD fonctionnent en analysant la présence d’une réponse immunitaire. En fait, comme l’explique le journal Les Échos, il existe deux grands types de tests parmi les 51 autorisés par le ministère de la Santé:

  • ceux qui détectent les immunoglobulines G, qui apparaissent 14 jours après la contamination
  • ceux qui repèrent les immunoglobulines M, présentes dans le sang après une semaine. Si vous venez juste d’être infecté, le test ne fonctionnera pas.

Le Journal officiel précise toutefois qu’il s’agit d’une mesure exceptionnelle. Elle ne sera d’ailleurs possible que jusqu’au 30 octobre.

Quid de la Belgique ?

Seuls trois types de tests sont actuellement disponibles pour les Belges : les PCR qui détectent la présence du virus sur base d’un prélèvement dans le nez, les tests sur les antigènes présents dans le sang et enfin ceux sur les anticorps. Ils doivent obligatoirement être réalisés par un médecin à l’hôpital ou dans son cabinet. Les tests sérologiques sont les plus accessibles et sont remboursés dans presque tous les cas. Si vous pensez avoir ressenti les symptômes du covid-19 durant les 6 derniers mois, vous pouvez simplement demander une prescription à votre médecin.

Des tests plus rapides que nous pourrions faire nous-mêmes ne sont pas encore accessibles. Selon la porte-parole du ministre Philippe De Backer, cela ne fait actuellement pas partie des plans de la task force.