Les déchets d’une transaction en bitcoin? C’est comme jeter deux iPhone

Bitcoin crée autant de déchets électroniques que l’ensemble de la consommation d’ordinateurs aux Pays-Bas. C’est la conclusion d’une étude menée par des économistes du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de la Banque centrale néerlandaise. 

Le matériel informatique utilisé dans l’extraction de Bitcoin s’est avéré avoir une durée de vie particulièrement courte, selon les chercheurs. Il est ajouté qu’un problème similaire doit être identifié avec de nombreuses autres crypto-monnaies.

« Si l’empreinte carbone de Bitcoin a été bien étudiée, moins d’attention semble avoir été accordée à la dépréciation rapide du matériel informatique utilisé dans le processus », soulignent les chercheurs Alex de Vries -détracteur notoire du BTC- et Christian Still. « Cela est principalement dû aux puces informatiques spécialisées (Asics) qui doivent être utilisées dans l’activité. »

Matériel déprécié

Ces Asics ne sont vendus que pour être utilisés avec les algorithmes qui prennent en charge le réseau Bitcoin. Ces produits n’ont pas d’autre fonction. Mais parce que seules les puces les plus récentes sont suffisamment économes en énergie pour être exploitées de manière rentable, ces Asics doivent être constamment remplacées par des puces plus récentes et plus puissantes.

« Les équipements miniers pour Bitcoin ont une durée de vie moyenne de seulement 1,29 an », soutiennent de Vries et Still. «Selon nos calculs, le réseau Bitcoin total consommera 30,7 kilotonnes d’équipements par an. Ce volume est comparable aux déchets générés par l’utilisation d’ordinateurs dans un pays comme les Pays-Bas pendant un an.

L’année dernière, le réseau mondial Bitcoin a traité 112,5 millions de transactions. « Un total de 539 milliards de transactions ont été enregistrées par les prestataires de services de paiement traditionnels l’année précédente. »

Cela signifie que chaque transaction Bitcoin crée au moins 272 grammes de déchets électroniques. Cela équivaut au poids de deux iPhone 12 mini.

Espace de rangement

« Il serait théoriquement possible de remettre le matériau en exploitation rentable à une date ultérieure – si les prix du bitcoin augmentent et que les revenus miniers montent en flèche », notent de Vries et Still. « Mais en pratique, cela ne fonctionne généralement pas. »

« Après tout, le stockage du matériel pour l’exploitation minière coûte beaucoup d’argent. Plus le matériel doit être stocké longtemps, moins il y a de chances qu’une opération rentable soit à nouveau mise en place. »

Les auteurs avertissent également que le problème des déchets est susceptible de s’aggraver encore. « Avec une nouvelle augmentation du prix du bitcoin, de nouvelles incitations pour remplacer le matériel Asic suivront », soutiennent-ils.

Si la communauté Bitcoin voulait réduire le problème des déchets, l’ensemble du processus d’extraction devrait être remplacé par une alternative plus durable. « Le concept de preuve de participation pourrait peut-être être un remplacement possible ici », estiment les auteurs.

Lire aussi:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20