‘Les banques polluent 700 fois plus avec leurs prêts et investissements qu’avec leurs opérations physiques’

L’essor des technologies durables pourrait entraîner l’érosion des anciennes industries. (Robin Utrecht/Action Press)

Le secteur bancaire est essentiel pour garantir un avenir sans émissions. Les portefeuilles de prêts et d’investissements représentent la plus grande part de l’empreinte carbone enregistrée par les banques et les gestionnaires d’actifs. C’est ce que révèle une étude de l’organisation Carbon Disclosure Project (CDP).

Les résultats de l’étude sont fondés sur l’analyse des émissions de 322 institutions financières représentant un total de 109.000 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

Crédits

‘Les émissions de gaz à effet de serre provenant des activités d’investissement et de prêt sont 700 fois plus élevées dans les institutions financières que les émissions directes de leurs opérations physiques’, souligne Emily Kreps, directrice des marchés de capitaux chez Carbon Disclosure Project.

‘Les banques génèrent évidemment des émissions lorsqu’elles chauffent leurs bâtiments ou qu’elles envoient leurs cadres à des réunions dans d’autres endroits du monde. Toutefois, l’impact le plus important du secteur doit être attribué à sa fonction de financement de l’économie mondiale’, ajoute-t-elle.

‘Lorsque leurs activités soutiennent des entreprises polluantes, notamment par des investissements dans l’extraction de combustibles fossiles, les banques et autres groupes financiers peuvent augmenter les émissions mondiales de gaz à effet de serre’, précise Mme Kreps.

‘D’autre part, ces mêmes institutions peuvent constituer un puissant levier pour encourager les entreprises à réduire leurs émissions et à se préparer à un avenir sans émissions. Plusieurs grandes banques – dont Bank of America, Barclays ou Morgan Stanley – se sont engagées, au cours de l’année écoulée, à mesurer et à déclarer les émissions de carbone provenant de leurs prêts et de leurs investissements’, fait-elle remarquer.

Sous-estimation

‘Le secteur des services financiers est essentiel pour parvenir à un avenir sans émissions’, souligne Emily Kreps. ‘La construction d’une économie durable nécessitera une énorme quantité de capitaux. Seul le secteur financier est en mesure de fournir les ressources nécessaires.’

Les investissements analysés par les chercheurs étaient liés à la production d’un total de 1,04 gigatonne de CO2. Cela correspond à environ 3% des émissions mondiales enregistrées l’année dernière. Les chercheurs ajoutent que les chiffres réels sont probablement beaucoup plus élevés.

‘De nombreuses banques et gestionnaires d’actifs sous-estiment les risques climatiques causés par leurs activités’, ajoutent les chercheurs. ‘D’une part, il a été constaté que 41% des entreprises interrogées sont conscientes des risques opérationnels directs liés au climat, tels que les dommages physiques liés à leurs activités. En revanche, 61% n’ont pas du tout mentionné les risques climatiques qui pourraient être liés à leur offre de crédit. Pourtant, certains débiteurs pourraient ne plus être en mesure de rembourser leurs prêts en raison de la lutte contre le changement climatique.

‘Il a également été noté que 74% des personnes concernées ne voyaient aucun risque de marché. Néanmoins, la transformation vers une économie durable pourrait conduire à ce que certains investissements soient bloqués et finalement déficitaires. Il pourrait également y avoir une dévaluation des actifs financiers’.

Sur le même sujet: