En Nouvelle-Zélande, les banques devront publier l’impact de leurs investissements sur le climat

Daniel Kalker/Picture Alliance

La Nouvelle-Zélande va contraindre les banques à révéler l’impact de leurs investissements sur le changement climatique, l’archipel devenant le premier pays au monde à adopter une loi obligeant le secteur financier à faire preuve de transparence en matière environnementale, ont annoncé les autorités.

Le ministre du Commerce David Clark a indiqué qu’en vertu de cette loi, les banques, les compagnies d’assurance et les sociétés d’investissement auront pour obligation de faire état des conséquences de leurs placements sur le changement climatique.

Une première

« Etre le premier pays au monde à introduire une telle loi signifie que nous avons l’occasion de faire preuve d’un réel leadership et d’ouvrir la voie à d’autres pays pour rendre obligatoire la publication d’informations en matière de climat », a-t-il déclaré.

M. Clark a précisé que ce texte obligera les institutions financières à tenir compte de l’impact réel de leurs investissements sur le climat et permettra à la population de les évaluer.

« Il est important que chaque secteur de l’économie néo-zélandaise nous aide à réduire les émissions de carbone et à faire la transition vers un avenir à plus faible émission », a-t-il déclaré. La loi a été présentée lundi et si elle est adoptée, faire un rapport en matière climatique sera obligatoire d’ici 2023.

La Première ministre Jacinda Ardern s’est engagée à ce que la Nouvelle-Zélande atteigne un objectif de neutralité carbone pour 2050 et produise toute son énergie à partir de sources renouvelables d’ici 2035.

Pour aller plus loin: