« Les actions sont le meilleur remède contre la perte de pouvoir d’achat et la répression financière »

Bien que la guerre en Ukraine fasse rage et que les économistes s’inquiètent de la stagflation, il n’y a guère de panique sur les marchés boursiers. « Cela peut sembler étrange, mais l’histoire se répète. Dans les conflits géopolitiques, nous assistons souvent à un mouvement de yo-yo en un court laps de temps », déclare Wim D’Haese, stratège en matière d’investissement à la Deutsche Bank.

La confiance des consommateurs, et dans une moindre mesure celle des entreprises, est en train de s’effondrer en Europe, comme l’ont montré plusieurs indicateurs la semaine dernière. Mais les marchés boursiers résistent bien. De plus, l’indice Bel20 est en hausse de quelques pour cent par rapport à il y a un mois, tout comme le S&P 500 américain ou le Nasdaq.

« Immédiatement après le 24 février, jour de l’invasion russe de l’Ukraine, les marchés boursiers ont connu une liquidation, mais les prix s’étaient déjà redressés le 16 mars », note D’Haese.

Inflation

Il fait remarquer que l’inflation élevée était déjà un thème important sur les marchés boursiers avant la guerre, ce n’est donc pas vraiment une nouvelle. « Vous avez également vu que cela se reflétait sur les marchés boursiers avant le 24 février : les valeurs de croissance, sensibles à la hausse des taux d’intérêt, étaient sous pression, illustrées par la performance du Nasdaq. »

L’impact de l’inflation dépendra de la capacité de chaque entreprise à fixer ses propres prix sur son marché de vente. « L’inflation élevée et soutenue actuelle sera répercutée sur le produit ou le service final par certaines entreprises, mais pas par d’autres. Globalement, il y aura un impact sur les marges et les bénéfices des entreprises. Un impact dû non seulement à l’inflation, mais aussi à la guerre, comme aux problèmes de la chaîne d’approvisionnement. Mais il est trop tôt pour le chiffrer ».

Wim D’Haese, hoofd beleggingsadvies Deutsche Bank

Courbe de rendement inversée

Ce qui a changé, en revanche, ce sont les perspectives de croissance, qui doivent être revues à la baisse. Aujourd’hui, les investisseurs professionnels s’intéressent plus que d’habitude à un type de graphique : la courbe de rendement, qui montre la différence entre les taux d’intérêt à long terme et ceux à court terme.

En cas d’optimisme économique, les taux à long terme sont plus élevés que les taux à court terme car les investisseurs veulent une prime supplémentaire pour le long terme.

Mais depuis quelque temps, la courbe des taux est plate, ce qui signifie que la différence est faible. Cela suggère que les investisseurs s’attendent à une faible croissance et à une faible inflation à long terme.

Même le phénomène d’une courbe inversée fait son apparition : les taux d’intérêt à court terme sont alors plus élevés que les taux d’intérêt à long terme. Beaucoup y voient le signe d’une récession imminente.

Qu’est-ce que cela signifie pour les investissements en actions ? « Par le passé, une courbe de rendement inversée était régulièrement le signe avant-coureur d’une récession économique, mais certainement pas toujours. C’était souvent une fausse alerte », répond D’Haese. « D’autre part, une récession a presque toujours été précédée d’une courbe de rendement inversée. En tout état de cause, il n’y a aucune raison pour les investisseurs de s’inquiéter outre mesure. Souvent, les actions ont enregistré de bonnes performances entre l’inversion et la récession, et il peut facilement s’écouler 1 à 2 ans entre ces deux phases. »

Répression financière

Beaucoup craignent que nous soyons entrés dans une période de « répression financière » pour une longue période, les citoyens devant craindre de pouvoir acheter de moins en moins avec leurs économies en raison de l’inflation élevée.

M. D’Haese estime que l’investissement en actions peut apporter un certain réconfort, mais l’investisseur doit être capable de garder ses nerfs sous contrôle en cas de chute soudaine des marchés boursiers.

« Nous considérons les actions comme la meilleure solution pour lutter contre la perte de pouvoir d’achat ou la répression financière, mais bien sûr dans un contexte d’incertitude géopolitique et de volatilité accrue. Il est donc préférable de garder à l’esprit un horizon d’investissement à long terme et de ne pas paniquer en cas de fluctuations importantes, mais plutôt de les considérer comme une opportunité. Notre préférence va aux thèmes de long terme comme la cybersécurité, les soins de santé et la transition énergétique. »


Disclaimer: cet article ne fait pas office de conseil, mais doit se lire à titre d’information. Investir comporte toujours des risques.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20