Les 4 méga-tendances qui vont bouleverser nos vies et entraîner des conflits en 2022

Il est toujours dangereux de faire des prédictions sur ce qui se passera dans l’année à venir. La plupart des grandes tendances s’inscrivent dans le long terme. Cependant, il y en a quatre qui se préparent depuis longtemps et qui auront un effet très important en 2022, non seulement sur l’économie mais aussi sur notre vie quotidienne. Accrochez-vous, car tout le monde ne sera pas heureux de cette évolution. En outre, elles contribueront à la polarisation croissante.

Les évolutions à prévoir

C’est le cas chaque année, des médias renommés comme The Economist ou nos propres médias financiers supposent certaines évolutions auxquelles nous pouvons nous attendre sur la base d’une certitude assez raisonnable.

Voici quelques exemples

  • Le Chinois Xi Jinping s’en prend désormais aussi aux entreprises technologiques occidentales dans son ambition de contrôler l’ensemble du secteur.
  • Le gouvernement belge va finalement tomber sur la question de l’énergie nucléaire après la hausse continue des prix de l’énergie.
  • Les républicains américains reprendront le Sénat après les élections de mi-mandat.

Il s’agit de prédictions qui, en fin de compte, n’ont pas beaucoup d’effet sur notre vie privée. Le fait que Xi Jinping étende son culte de la personnalité ne nous affectera guère. Tout comme nous sommes habitués à l’effondrement occasionnel du gouvernement dans notre pays. Et le fait que Trump soit finalement revenu causera à certaines personnes un peu de chagrin, mais n’aura aucun effet direct sur notre vie quotidienne. Cependant, quatre tendances se dessinent, que nous ne pouvons tout simplement pas ignorer.

Les révolutions attendues

2021 a été exceptionnelle à bien des égards. Les grandes annonces et les grands événements se sont succédé rapidement. La COP26 à Glasgow a remis les projecteurs sur le changement climatique. Les médias économiques ont été fascinés tout au long de l’année par l’essor des crypto-monnaies et la percée définitive des voitures électriques.

En outre, il ne s’est pas passé un jour sans que nous soyons confrontés à une quelconque augmentation des prix. En plus de cela, l’entreprise qui possède la plus grande base de clients au monde a annoncé qu’elle changeait son nom de Facebook à Meta. Elle veut à elle seule nous faire vivre une expérience totalement nouvelle dans notre vie privée. Tous ces événements auront un effet durable sur nos propres vies dans les années à venir.

Source de conflits

Comme si cela ne suffisait pas, ces tendances seront également source de division pour notre société. Parce qu’elles auront un effet profond sur la vie privée de chacun, sur nos ressources financières et aussi sur la liberté qui nous est si chère.

Mégatendance 1 : le changement climatique nous obligera à modifier nos habitudes de voyage et d’alimentation

Pepinster le 20 juillet – Isopix

La pression pour changer notre comportement augmentera chaque jour. Manger de la viande ne sera pas quelque chose d’optionnel. Conduire une voiture de collection est un luxe non autorisé et deviendra une épine dans la chair de nombreux citoyens. La liberté à laquelle nous étions habitués sera de plus en plus restreinte chaque jour, que nous le voulions ou non. Flygskam – les Suédois ont un mot pour cela depuis un certain temps déjà – ou la honte des compagnies aériennes sera également inculquée aux voyageurs aériens.

Il faut donc s’attendre à une polarisation accrue entre les mangeurs de viande et les végétaliens dans ce domaine. Mais aussi entre les voyageurs aériens et les partisans des vacances à domicile, ou entre les partisans des voitures à essence et la brigade des cyclistes. Tout comme vous ne pouvez pas avoir un dîner chez vous aux États-Unis aujourd’hui avec un mélange de Républicains et de Démocrates, toutes ces questions vont diviser notre société.

Mégatendance 2 : l’inflation va sérieusement éroder notre pouvoir d’achat

Cette tendance a déjà touché notre portefeuille en 2021. Mais le véritable effet ne sera visible qu’en 2022, lorsque ces hausses de prix se manifesteront sur l’ensemble de l’année et que de nombreux secteurs retarderont l’augmentation de leurs prix. En fait, tout augmente de prix. De l’énergie à l’alimentation en passant par tous les produits qui contiennent du pétrole, on observe des augmentations à deux chiffres. Pour l’illustrer, BASF, le géant de la chimie basé à Anvers, verra ses prix augmenter finalement de 91% entre 2021 et 2022. Pas 0,91% qui serait une année normale, pas 9,1% qui serait exceptionnel, mais 91%, soit près du double, vous avez bien lu.

Sans parler de l’inflation fantôme, où nous obtenons moins de services pour le même argent dépensé. Le secteur de la restauration se gratte la tête et ne trouve pas de personnel. Sans parler des pénuries en matière de soins et d’éducation.

Ici, la bataille se jouera entre les grandes entreprises qui continueront à faire des méga-profits parce qu’elles sont en situation de monopole et qu’elles répercuteront sans trop d’hésitation les prix sur le client final, et la population qui devra absorber ces prix dans le budget de son propre ménage. Il se pourrait bien que le phénomène des gilets jaunes se propage dans le monde entier.

Mégatendance 3 : nous devrons vivre deux vies comme si une seule ne suffisait pas

Mark Zuckerberg dévoilant des images de son métavers.

Mark Zuckerberg a récemment décrété que nous devrons bientôt passer beaucoup de temps dans son métavers, un monde virtuel, comme si le monde réel n’était pas déjà assez complexe.

Des entreprises sponsoriseront des mondes virtuels populaires, vous ferez des achats dans des centres commerciaux qui feront pâlir le Shopping Centre de Woluwe. Zuckerberg fera tout ce qui est en son pouvoir pour que vous passiez le plus de temps possible chez lui et que vous achetiez autant de ses lunettes que possible.

Le problème supplémentaire de ce monde virtuel est que l’argent y est également compté. Les crypto-monnaies deviendront les moyens de paiement et vous permettront de vivre des expériences improbables ou médiocres. Là aussi, ce sera une course à suivre. Les défis auxquels nous sommes confrontés dans le monde réel continueront également à nous hanter.

Ceux qui disent que la construction du monde virtuel n’aboutira pas feraient mieux de suivre les évolutions du monde des affaires, où le monde virtuel se construit aussi, mais dans un contexte purement professionnel. Ainsi, dans la vie privée et au travail, le monde virtuel deviendra une réalité.

Nous sommes donc condamnés à nous couper en deux et à gérer ces deux vies du mieux que nous pouvons. Il s’agit, en quelque sorte, d’un conflit que nous devons mener avec nous-mêmes pour savoir avec qui nous passons du temps et comment nous pouvons gérer au mieux ces deux personnalités. Une tâche qui s’avérera extrêmement difficile. Beaucoup le font déjà aujourd’hui sur les médias sociaux où de nombreuses personnes prétendent être différentes de la réalité. Le métavers va encore renforcer ce phénomène.

Mégatendance 4 : nous vivrons et ferons la fête avec le frein à main

Les années folles : on nous l’a promis solennellement après la pandémie de coronavirus. Nous retrouverions notre ancienne vie, où nous allions à des concerts chaque semaine, où nous organisions des fêtes avec notre famille et nos amis et où nous pouvions voyager sans aucune restriction, sans masque et aucun geste barrière. Cela aurait certainement été le cas si la pandémie avait été beaucoup plus courte. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à ce virus depuis presque deux ans et il semble qu’il n’y ait pas de fin en vue.

Cela a rendu beaucoup de gens, surtout ceux d’un âge plus mûr, mais aussi ceux qui ont eu le Covid-19 et ont été gravement malades, prudents et même méfiants. L’incompréhension à l’égard des personnes non vaccinées s’est accrue, tout comme l’intolérance envers ceux qui ne respectent pas les règles.

Il semble donc que nous ayons plus de chances d’affronter des années 20 ennuyeuses. Mais là aussi, il y aura un clivage entre les jeunes, qui veulent tout faire, et les anciens, qui préconisent en permanence la prudence.

Dans nos vies personnelles, nous devrons nous demander comment nous gèrerons ces quatre tendances et, en tant que société, nous devrons examiner comment contrer cette polarisation. L’année 2022 ne sera certainement pas une année terne pour les sociologues. La question de savoir si le reste de la population vivra cette année comme une année agréable semble toutefois plus discutable.


L’auteur Xavier Verellen est directeur de QelviQ, une entreprise d’Internet des objets dans le secteur du vin (ww.qelviq.com).

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20