Le premier exportateur mondial de pétrole baisse ses prix de vente pour les clients asiatiques et européens, mais pas pour les États-Unis

Saudi Aramco, le plus grand exportateur de pétrole au monde, a baissé ses prix de vente pour la première fois en quatre mois. La compagnie pétrolière publique a ajusté ses tarifs pour les clients asiatiques et européens, mais pas pour les clients américains.

C’est ce que rapportent Reuters, Bloomberg et Business Insider sur la base d’un document publié dimanche par la société d’État.

Confinements

Aramco a baissé le prix de vente, pour le mois de juin, de son principal produit d’exportation, le pétrole brut Arab Light, de 4,40 dollars pour les clients asiatiques. Ce prix a été fixé par rapport à la moyenne des indices de référence d’Oman et de Dubaï. Pour le mois de mai, le groupe avait encore augmenté le prix de vente officiel pour les clients asiatiques de 9,35 dollars par baril – un record absolu.

Aramco a également baissé le prix de vente de l’Arab Light pour les clients du nord-ouest de l’Europe : il ne coûte désormais « que » 2,10 dollars de plus par baril, contre une augmentation de 4,60 dollars en mai. Le prix est fixé par rapport à la référence Brent.

La baisse des prix s’explique par les fermetures sévères en Chine. Le pays essaie d’endiguer une nouvelle épidémie de coronavirus. Les récentes données économiques de la deuxième plus grande économie du monde – qui est aussi le deuxième plus grand consommateur de pétrole – indiquent une contraction des activités manufacturières et des services. Cela devrait à son tour avoir un impact sur la consommation d’énergie.

États-Unis

Le prix de vente du pétrole d’Aramco pour les États-Unis est resté inchangé. La société a refusé de communiquer les raisons de cette décision.

Lorsque les États-Unis ont annoncé en mars qu’ils cesseraient d’importer du pétrole de Russie, le président Biden souhaitait toujours négocier avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU). L’intention était que ces deux géants du pétrole augmentent leur production d’or noir – afin de limiter la hausse des prix. Mais Biden s’est heurté à un mur.

Un contraste saisissant

La perspective d’une réduction de la demande contraste fortement avec les craintes d’un resserrement de l’offre de pétrole russe, formulées il y a un mois. Cela a incité Saudi Aramco à augmenter les prix du pétrole brut pour toutes les régions en mai.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a déclaré, à l’issue d’une réunion tenue la semaine dernière, que les indicateurs actuels de l’offre et de la demande laissent présager un marché équilibré. C’est ce qui est ressorti d’une déclaration du groupe, qui est dirigé par l’Arabie saoudite, où tout le monde se satisfaisait des prix actuels. Aucune offre importante de barils supplémentaires n’est intervenue, malgré la chute attendue de la production russe.

Les contrats à terme sur le pétrole brut ont atteint leur plus haut niveau depuis 14 ans au début du mois de mars, lorsque les contrats se négociaient à environ 140 USD. Le pétrole brut Brent, la référence internationale, s’échangeait en baisse de 6,40% au moment d’écrire ces lignes, à 105,19 $. Le WTI a chuté de 6,73%, à 102,38 $.

Manque d’investissement

En tout cas, les prix du pétrole brut restent élevés, tout comme les prix du carburant d’aviation, du diesel et de l’essence. Selon le ministre saoudien de l’énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, cela a une autre raison que la guerre en Ukraine.

Lors d’un sommet sur l’aviation à Riyad, le prince saoudien a laissé entendre : « Tous les carburants destinés à la mobilité sont montés en flèche (…) et la différence entre les prix du pétrole brut et de ces produits atteint 60% dans certains cas », rapporte Reuters. Le ministre de l’énergie a fait valoir que le manque d’investissement dans les capacités de raffinage était à l’origine de cette situation.

Interrogé sur le fait de savoir si les événements géopolitiques en Europe vont accélérer ou entraver la transition vers des énergies plus propres à moyen terme, le responsable saoudien a répondu : « Je pense que cela nous a permis de vérifier à nouveau comment les ambitions (…) peuvent être compromises par les réalités du jour. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20