‘Law & order’: Donald Trump continue sur sa lancée et promet davantage de fonds aux policiers

De Amerikaanse president Donald Trump. - EPA
Donald Trump. – EPA

Le Président américain a signé ce mardi un décret encourageant les services de police à utiliser les normes les plus récentes en matière de recours à la force. Une réponse qui apporte quelques avancées mais qui contraste toujours avec les revendications des manifestants demandant le désinvestissement des services de police.

‘Law and order’, c’est un peu devenu le nouveau ‘Make America great again’ de Donald Trump. Son slogan favori, qui va à l’encontre des revendications des manifestations en cours depuis plusieurs semaines aux Etats-Unis, depuis la mort de George Floyd. Il a réitéré le message ce mardi en signant un nouveau décret sur les forces de l’ordre.

‘Les Américains veulent la loi et l’ordre, ils exigent la loi et l’ordre’, a répété Trump lors d’une cérémonie à la Maison Blanche avant de signer le décret en question. Il a également présenté ses condoléances aux familles des victimes des récentes violences policières et autres, avant de s’engager à ‘poursuivre la justice’. Sa réponse aux manifestations en cours dans son pays semble toutefois encore un peu timide.

Car ce qu’exigent les manifestants, c’est la justice pour les victimes des services de police. Donald Trump prend le problème à l’envers, et indique que la police a justement besoin de plus de fonds pour faire respecter l’ordre.

‘Dans de nombreux cas, les services de police locaux sont sous-financés, manquent de personnel et ne bénéficient pas d’un soutien suffisant’, a-t-il indiqué. Il vise plutôt à récompenser les services de police avec des subventions fédérales pour la mise à jour de leurs normes de formation. ‘Les Américains connaissent la vérité: sans police, il y a le chaos, sans loi, il y a l’anarchie, et sans sécurité, il y a la catastrophe.’ Alors que les appels pour définancer, voire abolir la police, s’élèvent dans tout le pays.

Le Président avait déjà annoncé la couleur fin de semaine dernière en indiquant qu’il ne soutiendrait pas de ‘propositions radicales’ en réponse aux protestations contre les violences policières. ‘Les policiers doivent encore dominer les rues’, avait-il martelé. Les sondages d’opinion montrent pourtant que les Américains sont très préoccupés par la brutalité policière.

‘Pas assez loin’

Le décret désormais signé présente toutefois certaines avancées. S’il encourage les services de police à utiliser les normes les plus récentes en matière de recours à la force, il vise aussi à améliorer le partage des informations afin que les agents ayant un mauvais dossier ne soient pas embauchés sans que leurs antécédents soient connus. Et le Président a indiqué qu’il interdira l’utilisation des étranglements policiers… ‘Sauf si la vie du policier est en danger’.

Un groupe de défense des droits civils salue ces avancées, mais affirme que l’action de Trump ne va pas suffisamment loin. ‘Bien que le décret fasse quelques pas en avant, c’est une réponse inadéquate à une nation qui exige une action radicale et audacieuse’, a déclaré Vanita Gupta, responsable de la Conférence des dirigeants sur les droits civils et humains.

Les démocrates et les républicains sont ici une fois de plus en dissonance. Les premiers, au Congrès, avancent avec une législation de réforme pour permettre aux victimes d’abus et à leurs familles de poursuivre la police en justice. Les seconds, qui contrôlent le Sénat, s’y opposent fermement. Il semble donc très peu probable que les deux parties parviennent à se mettre d’accord dans un futur proche…

Lire aussi: