L’Angleterre pourrait devenir le premier pays à… prescrire des cigarettes électroniques

L’Angleterre pourrait devenir le premier pays au monde à prescrire des cigarettes électroniques aux personnes qui veulent arrêter de fumer. Ce serait une aubaine pour une industrie sous pression.

Les fabricants d’e-cigarettes peuvent désormais soumettre leurs produits à l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (Medicines and Healthcare products Regulatory Agency) et suivre la même procédure d’approbation que les autres médicaments disponibles autorisés par le système britannique de la santé publique (NHS). C’est ce qu’a déclaré le gouvernement britannique ce vendredi.

Cette décision met en lumière l’adhésion du Royaume-Uni à l’idée de voir le vapotage comme un moyen d’aider les consommateurs à cesser de fumer des cigarettes de tabac. Alors que les groupes anti-tabac affirment que l’industrie tente de maintenir les consommateurs dépendants de la nicotine, Public Health England, une agence exécutive du département britannique de la Santé, a mis en avant un rapport aux conclusions positives pour la cigarette électronique. Ainsi, le vapotage fonctionnerait mieux que les traitements de substitution à la nicotine, tels que les patchs ou le chewing-gum.

« Des contrôles de sécurité encore plus stricts »

Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a donné le feu vert à l’e-cigarette Vuse de British American Tobacco Plc et à ses dosettes aromatisées au tabac au début du mois. Il s’agit des premiers grands produits d’e-cigarette à être approuvés après qu’une étude ait déclaré que les alternatives aux cigarettes présentent des avantages pour la santé publique.

« Les e-cigarettes contiennent de la nicotine et ne sont pas sans risque. Toutefois, des experts du Royaume-Uni et des États-Unis estiment que les e-cigarettes réglementées sont moins nocives que le tabac« , a expliqué le ministère britannique de la Santé. « Une e-cigarette médicamenteuse devrait passer des contrôles de sécurité encore plus stricts. »

Plus
My following

Un agenda peu chargé pour la semaine boursière à venir

05/12/2021 15:18

(ABM FN) La semaine prochaine, l'agenda des investisseurs sera peu rempli, bien que cela ne signifie pas nécessairement que les investisseurs auront une semaine tranquille, avec toute l'incertitude entourant le coronavirus et la future politique monétaire des banques centrales.  

La nouvelle variante omicron du virus est en augmentation, tandis que de nombreux pays sont à nouveau confrontés à des courbes d'infection et d'hospitalisations élevées dans cette pandémie.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20