L’Amérique latine bénéficie du boycott américain sur le pétrole russe

Les raffineurs de pétrole américains ont importé environ 1,3 million de barils par jour (bpj) de pétrole brut et de fioul en provenance d’Amérique latine en avril. Il s’agit du niveau le plus élevé depuis sept mois, selon les données du service des douanes américaines. Les Américains ont besoin de cette source pour remplacer les fournitures russes dans le pays.

En mars, le président américain Joe Biden a annoncé une interdiction d’importation de produits énergétiques russes. De nombreux pays espéraient en profiter, en s’engouffrant dans la brèche nouvellement créée sur le marché américain. Le Brésil, par exemple, a augmenté sa production de pétrole à 3 millions de bpj en avril et vise à atteindre les 3,3 millions plus tard cette année. Le pays a investi massivement dans son secteur pétrolier et gazier.

Le gouvernement canadien, lui aussi, a fait un gros effort pour « aider à remplacer le pétrole et le gaz russes autant que possible ». Le quatrième plus grand producteur de pétrole au monde s’est engagé à exporter 200.000 bpj de plus, ainsi que 100.000 barils de gaz naturel supplémentaires.

Cependant, le pétrole brut russe a toujours joué un rôle important dans les marges des États-Unis. Si le Canada joue un rôle de plus en plus important en tant qu’exportateur, avec un million et demi de barils par an, la Russie exportait encore environ 104.000 barils vers les États-Unis chaque année.

Opportunités pour l’Amérique latine

Les importations américaines de brut latino-américain ont atteint 1,34 million de bpj en avril, soit le niveau le plus élevé depuis sept mois. Les achats en provenance d’Argentine ont atteint le niveau le plus élevé depuis quatre ans, tandis que les importations en provenance de Colombie ont atteint leur plus haut niveau depuis septembre 2020. La semaine dernière, la Colombie a déclaré qu’elle pourrait augmenter ses exportations de pétrole d’environ 40.000 bpj d’ici la fin de l’année.

Le président Joe Biden a également assoupli les sanctions américaines contre le Venezuela, permettant aux compagnies pétrolières de faire à nouveau affaire avec le pays. Mardi, le département du Trésor a autorisé Chevron, la deuxième plus grande compagnie pétrolière des États-Unis, à entamer des négociations avec ce pays pour extraire du pétrole. Cela n’était pas possible auparavant en raison des sanctions américaines imposées au régime de Nicolás Maduro.

Dans le même temps, les raffineurs chinois ont importé du pétrole russe via des routes d’outre-mer et des oléoducs nationaux ces derniers jours, malgré le renforcement des sanctions occidentales. Les raffineurs indépendants ont pu profiter de rabais importants, car la Russie cherche d’autres clients, étant donné que de plus en plus de sociétés occidentales ne veulent pas s’approvisionner en pétrole dans le pays.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20