Comme un parfum de guerre froide : la Russie menace de déployer des troupes à Cuba et au Venezuela

Pendant les négociations sur la question de l’Ukraine, la Russie évoque la possibilité d’envoyer des troupes à Cuba et au Venezuela.

Si les négociations entre les États-Unis et la Russie sur l’Ukraine échouent, Moscou ne’exclut pas totalement la possibilité de déployer des troupes à Cuba et au Venezuela. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Ryabkov, a fait cette déclaration jeudi, qui est tout droit sortie d’un scénario de la guerre froide.

M. Ryabkov a dirigé les premiers entretiens entre les deux acteurs géopolitiques à Genève lundi. Lors de cette réunion, les deux pays n’ont pas réussi à désamorcer la situation à la frontière avec l’Ukraine. La Russie a mis en place une énorme force militaire à sa frontière avec l’Ukraine depuis plusieurs semaines. Il est à craindre que le Kremlin ne prépare une nouvelle invasion dans ce pays.

Missiles de croisière hypersoniques ultra-moderne

La Russie exige que l’OTAN, dirigée par les États-Unis, réduise sa présence dans les pays voisins de la Russie. Ainsi, Moscou veut que les États-Unis cessent de placer des missiles en Ukraine. Pour l’OTAN, cependant, cela ressemble à une demande impossible, faite seulement pour être rejetée par l’alliance occidentale. Cela donnerait à Poutine une bonne raison d’envahir l’Ukraine malgré tout. Le patron de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré en début de semaine que l’alliance était prête à faire face à un nouveau conflit armé avec la Russie.

Les Russes sont maintenant à la recherche de contre-arguments solides pour décourager les Américains et l’OTAN. Selon l’agence de presse AP, M. Poutine aurait fait remarquer que les navires de guerre russes se trouvant dans des eaux neutres à proximité d’alliés de l’OTAN peuvent constituer une menace toute aussi importante grâce aux Zircons, un type de missile de croisière hypersonique ultramoderne.

Maintenant, les Russes semblent également être prêts à envoyer des troupes à Cuba et au Venezuela. Deux pays qui se trouvent en dehors de la sphère d’influence des États-Unis et qui ont une histoire douloureuse avec les Américains.

Ligne directe entre Washington et Moscou

Il est difficile de ne pas établir de parallèles avec la crise cubaine des années 1960. À l’époque, l’Union soviétique avait installé des missiles sur l’île communiste de Fidel Castro alors que le régime était sous blocus naval américain.

Cette crise a pris fin en 1962 lorsque le président américain John F. Kennedy a promis qu’il ne menacerait pas la souveraineté de Cuba si le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev retirait les missiles. Ainsi, le spectre d’une guerre nucléaire mondiale a été une nouvelle fois évité.

Un an plus tard, une hotline, une connexion téléphonique directe, a été établie entre Washington et le Kremlin. Trouver une solution similaire à la question de l’Ukraine s’avérera au moins aussi délicat.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20