La ‘vague bleue’ démocrate était un mirage

Donald Trump dans son QG virginien d’Arlington – Isopix

Les élections américaines n’ont pas débouché sur la ‘vague bleue’ prédite par de nombreux médias et agences de sondage.

Suivez notre live ici : des élections US plus indécises que prévu, les sondages sont à nouveau les grands perdants…

En début de soirée, il est apparu assez clairement que la Floride allait une fois de plus tomber dans l’escarcelle de Trump. Avec 98 % des votes comptabilisés, le président sortant y obtient 3,5 % de votes de plus qu’en 2016. Trump a plus de 400.000 voix d’avance sur Biden, ce qui est bien au-delà que tout ce qu’annonçaient les sondages. Au Texas, le président sortant a plus de 700.000 voix d’avance. Deux Etats dont les démocrates rêvaient. Mais le repositionnement du vote des latino-américains semble être le fil conducteur de ces élections.

Cette tendance s’est répétée dans tous les États-clés que Trump devait gagner pour conserver une chance de rester à la Maison-Blanche. Le Texas, la Géorgie, la Caroline du Nord ou l’Ohio devaient tous être attribués facilement au camp démocrate… jusqu’à ce que les premiers votes soient dépouillés. Trump a finalement obtenu une avance assez convaincante dans ces 4 États (ils lui sont maintenant acquis).

Vers 5 heures du matin, heure belge, la carte électorale était une copie de celle de 2016: aucun État n’avait ‘basculé’ (depuis c’est le cas de l’Arizona et du Minnesota en faveur de Biden). Mais en raison de la pandémie, le comptage des votes est différent de la normale et prend plus de temps. Le vote par correspondance est beaucoup plus important qu’en 2016. Et ils devraient être favorables à Biden. Mais la ‘vague bleue’ annoncée par les médias s’avère être un mirage.

Pas de résultats finaux avant plusieurs jours

Une bonne nouvelle pour Biden est arrivée vers 5 heures 30 (heure belge), lorsqu’il a gagné l’Arizona, un État que Trump avait raflé pour 3% en 2016.

Il semble que les résultats définitifs ne seront connus que dans les prochains jours, lorsque tous les votes en Pennsylvanie, au Michigan et au Wisconsin seront comptés. Dans le Michigan et le Wisconsin, la Trump semble être sur la bonne voie.

Une nouvelle déconvenue pour les agences de sondage et les médias

En attendant, beaucoup se posent la question de savoir ce que les médias et les agences de sondage ont appris de la débâcle d’il y a quatre ans. Comme à l’époque, il semble qu’ils aient une nouvelle fois pris la mauvaise route.

Les chances que le nom du gagnant soit connu dans la soirée de mardi (aux USA) diminuent de minute en minute. Les deux candidats conservent une chance de gagner la Maison-Blanche, mais Trump semble vraiment bien parti.