Quand le nouveau président des États-Unis sera-t-il connu? Voici les scénarios possibles…

(Erik Pendzich/Shutterstock)

Quand le vainqueur de cette élection présidentielle américaine historique sera-t-il connu? En cette année exceptionnelle, il est particulièrement difficile de répondre à cette question. Plusieurs scénarios sont possibles.

Le jour des élections ne fait que commencer aux États-Unis, mais près de 100 millions d’Américains ont d’ores et déjà voté. En raison de la pandémie, de nombreux citoyens ont choisi de voter par correspondance, tandis que des bureaux de vote ont été ouverts en de multiples endroits ces dernières semaines afin d’inciter au vote anticipé et éviter les trop grandes foules le Jour J.

Suivez notre live ici : des élections US plus indécises que prévues, les sondages sont à nouveau les grands perdants…

Néanmoins, nous ne connaîtrons peut-être les résultats de cette élection présidentielle historique que dans quelques jours, voire dans quelques semaines. Pas moins de vingt-deux États acceptent encore les votes par correspondance dans les jours qui suivent ce 3 novembre, certains même jusqu’au 17 novembre. Toute la question sera de savoir si ces États, dans lesquels de nombreux votes seront comptés ultérieurement, seront décisifs.

Le président Donald Trump n’a pour l’heure pas encore confirmé qu’il accepterait le résultat des élections. Après avoir nommé trois juges suprêmes durant son mandat, il est possible que le président républicain revendique la présidence par l’intermédiaire de la Cour suprême.

Quand saurons-nous qui sera le prochain président des États-Unis? Voici un aperçu des différents scénarios:

1. Le jour de l’élection, il y a un vainqueur incontestable

En 2016, Donald Trump a remporté les 270 grands électeurs nécessaires pour devenir président vers 8h30 du matin, heure belge, lorsqu’il est devenu clair qu’il avait gagné dans l’État du Wisconsin. D’ailleurs, plusieurs médias l’avaient déjà proclamé vainqueur, par le biais de projections, dans les heures précédentes.

Si Trump ou Biden gagne avec une avance confortable, nous connaîtrons probablement le résultat du scrutin mercredi matin. Ou en tous les cas, nous aurons une idée assez claire de qui sera le gagnant.

Il est en effet peu improbable qu’un des candidats ait recueilli 270 électeurs d’ici là. Seuls neuf États prévoient d’avoir dépouillé l’ensemble de leurs votes dès le lendemain de l’élection. Mais la Floride, la Caroline du Nord, le Texas, le Maine et le New Hampshire, entre autres, ont indiqué qu’ils seraient probablement en mesure de présenter des résultats clairs dans la soirée de l’Election Day. Et il s’agit tous de ‘swing states’. Pour rappel, la plupart des États américains sont traditionnellement républicains ou démocrates. Mais à chaque élection présidentielle, un certain nombre d’États sont plus indécis, et ceux-ci deviennent alors décisifs pour la victoire finale.

Par conséquent, si la course n’est pas trop serrée, nous disposerons probablement de suffisamment d’informations d’ici demain matin pour que les experts puissent établir des projections fiables sur le résultat du scrutin.

2. Il faut plus de temps pour dépouiller suffisamment de votes afin d’établir des projections

En raison de la pandémie, de nombreux États ont modifié leur réglementation électorale dans le but d’encourager le vote par correspondance. Or celui-ci nécessite fort logiquement plus de temps au moment du dépouillement: les enveloppes doivent être ouvertes, les signatures doivent être vérifiées, etc.

De plus, près de la moitié des 50 États américains acceptent encore les votes par correspondance après le 3 novembre, à condition qu’ils soient postés au plus tard à cette date. La poste américaine est notoirement surchargée et il est pratiquement certain qu’une part importante de ces votes n’arrivera à destination que plusieurs jours plus tard.

Beaucoup dépendra également des règles électorales propres à chaque État. Plusieurs États les ont modifiées afin que les commissions électorales puissent entamer le dépouillement des votes par correspondance en avance. Mais en Pennsylvanie par exemple, les membres de la commission ne sont pas autorisés à commencer avant le matin du 3 novembre. Dans le Wisconsin et le Michigan également, il existe des restrictions sur les votes qui peuvent être comptés en avance. Et ces États sont potentiellement décisifs.

Si aucun vainqueur n’est déclaré le jour des élections (ou le matin du 4 novembre, vu de Belgique), cela ne signifiera pas forcément que quelque chose ne tourne pas rond. Cette année, les chances que le dépouillement prenne plus de temps sont tout simplement plus grandes que d’habitude, en partie aussi à cause de la forte participation attendue.

Combien de temps, c’est toute la question. Cela pourrait aller de quelques jours, voire à plus d’un mois. Chaque État doit enregistrer ses résultats à partir du 10 novembre. Et le 8 décembre au plus tard, tous les résultats doivent être enregistrés.

3. Le résultat est contesté

Pendant la campagne, Donald Trump a invariablement refusé de confirmer qu’il accepterait le résultat des élections. Il a également laissé entendre à plusieurs reprises que le résultat pourrait être décidé par la Cour suprême. C’est pourquoi il était si important pour lui de nommer la juge (conservatrice) Amey Coney Barrett avant les élections.

Selon le président en fonction, le vote par correspondance ouvre également la porte à la fraude électorale. Et il a aussi demandé aux juges fédéraux de veiller à ce que le vainqueur soit déclaré au plus tard le jour même des élections. Ce faisant, il a choisi d’ignorer toutes les règles qui autorisent la comptabilisation des votes par correspondance dans les jours qui suivent l’Election Day.

En résumé, si Joe Biden remporte une victoire étriquée dans les ‘swing states’, il est tout à fait possible que les résultats soient contestés. Ces litiges pourraient ensuite être portés devant la Cour suprême (ce qu’à déjà indiqué le président sortant: ce sera la victoire ou la Cour suprême).

En principe, tous les litiges doivent également être réglés avant le 8 décembre.

Lire aussi: