Les marchés:
Markten inladen...

VENDREDI 10 JUIL

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

La société liégeoise ZenTech présente son test sérologique rapide en grande pompe

Logo Business AM
Crise du coronavirus

05/06/2020 | Baptiste Lambert | 6 min de lecture

Elio Di Rupo (PS) et Christie Morreale (PS), en visite dans la société ZenTech près de Liège. - Isopix

ZenTech a finalisé la mise au point d’un lecteur rapide de tests sérologiques Covid-19 permettant de détecter la présence des anticorps IgG et IgM. Il s’agit d’un des premiers dispositifs du genre au monde, a indiqué vendredi Jean-Claude Havaux, président-fondateur de l’entreprise liégeoise, à l’occasion de sa présentation en présence du ministre-président de la Région wallonne, Elio Di Rupo, et de la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale.

ZenTech, société bio-tech installée dans le parc scientifique du Sart-Tilman, est spécialisée dans le développement de kits de dépistage des maladies du système immunitaire chez l’enfant et l’adulte. Après avoir lancé, le 16 avril dernier, sa ligne de production de tests sérologiques de détection rapide des anticorps IgM et IgG, elle vient de finaliser la mise au point d’un lecteur rapide desdits tests.

Celui-ci sera disponible sur le marché dès la mi-juin: « C’est une technologie que nous avions mise au point il y a déjà quelques années et qui donne des résultats fiables avec graphique et mesures en moins d’une minute. Nous l’avons sensiblement améliorée lors de son adaptation au Covid-19 en y ajoutant des capacités de conservation des données et de transmission en temps réel, et de manière autonome, dans des bandes de données spécifiquement dédiées. Cela permet de réaliser un screening de la population à large échelle », précise Jean-Claude Havaux.

Fiable à (presque) 100%

Selon l’entreprise liégeoise, ce test a été validé scientifiquement comme apportant un résultat fiable à 98,5% si le test se révèle négatif et à 100% s’il est positif.

« Dans un secteur aussi crucial que la santé, une trop grande dépendance aux pays étrangers est problématique », a souligné Elio di Rupo. « Je me réjouis donc que des entreprises wallonnes aient pu mettre au point ces tests sérologiques et ce mécanisme de lecture rapide, qui plus est avec le soutien d’une entreprise de travail adapté ».

En effet, si c’est au sein des installations de ZenTech au Sart-Tilman que le test a été développé, c’est sur le site des Ateliers Jean Del’Cour à Grâce-Hollogne qu’il est produit et où la capacité est de plus de 40.000 tests par jour. Une cinquantaine de personnes ont d’ailleurs été engagées à cet effet.

2,5 millions de tests

Le ministre-président wallon Elio Di Rupo (PS) et la ministre de la Santé wallone Christie Morreale (PS). Angleur, Liege, 05 Juin 2020, Belgique. – Isopix.

« On peut estimer le nombre de tests à 2,5 millions de tests d’ici fin juin », ajoute-t-on chez ZenTech. Et la ministre Morreale d’insister sur le rôle clé du dépistage dans le déconfinement. « Les tests sérologiques peuvent en outre, et depuis peu, être utilisés sur les personnes identifiées comme contact à haut risque avec un cas Covid-19 ou sur le personnel et les résidents d’une collectivité dans le cadre de la surveillance de la maladie et l’évolution de l’épidémie.

Les entreprises et chercheurs wallons se sont brillamment surpassés durant cette crise. » La société ZenTech, à laquelle l’Etat fédéral a réservé 3,65 millions de tests sérologiques, a par ailleurs été choisie pour screener 25.000 personnes dans la région du Piémont en Italie, dans le cadre d’un laboratoire mobile coordonné par le professeur Jean-Luc Gala.

Tracing et tests

Lors de son test, Elio Di Rupo a pu se rendre compte qu’il avait développé des anticorps. Et donc, qu’il a été confronté au covid-19 sans développer la maladie, nous rapporte-t-on. Son état de santé n’aurait jamais été préoccupant et il ne présenterait toujours aucun symptôme. La ministre de la Santé Christie Morreale n’a par contre pas été confrontée au virus.

Rassuré sur son état de santé, le ministre-président wallon a accordé quelques confidences au journal Le Soir. Ainsi, il a expliqué que toute personne en contact rapproché avec un malade et donc suivie par le tracing subira un test PCR. Cette personne sera ensuite placée en quarantaine une semaine, avant d’être à nouveau testée. Si tout se passe bien, la personne effectuera alors un test sérologique pour voir si elle a pu développer des anticorps. Et enfin sortir après 11 jours de confinement.

Cette procédure n’est toutefois pas encore officielle. Il faudra d’abord que tout le dispositif se mette en place.

Source: Belga


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | Stocks