La preuve ultime que l’extinction des dinosaures a été provoquée par un astéroïde a été trouvée par un Belge

Illustration de Tyrannosaures (James Kuether / Science Photo Library – Isopix)

Après 30 ans de recherche, le monde scientifique a pu enfin confirmer que les dinosaures avaient disparu à cause d’un astéroïde. Cette roche extraterrestre d’environ 12 km de diamètre s’est écrasée sur la Terre créant une multitude de catastrophes naturelles et un hiver d’impact. Une seule preuve faisait défaut pour compléter la théorie, et celle-ci a été trouvée par une équipe de chercheurs, dirigée par le Belge Steven Goderis.

La disparition des dinosaures est un fait scientifique depuis des décennies. Quelque part entre le Crétacé et le Paléogène, une grande partie de la vie sur Terre a disparu rapidement. Seulement quelques espèces ont survécu et se sont développées pour donner la faune que l’on connait aujourd’hui. Le monde scientifique était divisé sur l’explication de cette disparition. Deux théories existent: celle d’un astéroïde ou celle d’une énorme éruption volcanique.

C’est la première théorie qui est toutefois privilégiée. Et une équipe de chercheurs, dirigée par Steven Goderis, biochimiste à la VUB, a en découvert la preuve ultime dans le cratère de Chicxulub, au Mexique.

L’iridium est la clef

Les scientifiques savent qu’un astéroïde s’est écrasé sur la Terre à la jonction entre le Crétacé et le Paléogène parce qu’ils ont retrouvé une importante quantité d’iridium dans les couches terrestres. Ce métal rare n’est pratiquement pas présent à la surface de la Terre, mais pas contre un astéroïde en contient énormément. La vaporisation d’une météorite géante sur notre planète est la seule explication d’une telle quantité découverte, explique le site de Sciences et Avenir.

Lors de l’impact, l’astéroïde s’est totalement désagrégé et les roches touchées ont produit énormément de poussière. Ces fines particules sont restées dans les airs plusieurs années, provoquant ce qu’on appelle un hiver d’impact. Les rayons du soleil n’auraient plus pu atteindre la Terre, qui serait alors plongée dans l’obscurité. Des espèces qui avaient survécu aux catastrophes naturelles provoquées par l’impact se sont éteintes par manque de lumière.

Un cratère a été trouvé au Mexique pour appuyer cette théorie. Il fait plus de 200 km de diamètre. Seul un immense astéroïde aurait pu créer un tel impact. Mais le monde scientifique doute encore que ce soit la raison de la disparition des dinosaures. En effet, rien ne dit que le cratère ne s’est pas formé avant ou après l’extinction massive du Crétacé.

La preuve qui relie tout

En 2016, l’équipe de Steven Goderis a prélevé une carotte de terre de 835 mètres de long au centre du cratère de Chicxulub. Cette partie a été relativement bien conservée et a échappé aux tsunamis provoqués par l’impact. Il était donc possible d’observer les événements qui se sont déroulés avant, pendant et après l’impact de la météorite. Ce mercredi, les chercheurs ont dévoilé les résultats de leur étude.

Ils ont trouvé une forte concentration d’iridium dans ‘un intervalle riche en argile dans les sédiments juste en dessous du calcaire du Paléogène’, explique Ludovic Ferrière, spécialiste des cratères d’impact, qui a travaillé sur ce projet. Cela signifie que l’astéroïde s’est écrasé sur la Terre à la toute fin du Crétacé, lorsque les dinosaures ont disparu. Pour Philippe Claeys, professeur de géologie à la VUB, c’est ‘la preuve indiscutable que l’impact et l’extinction sont étroitement liés’.