La faillite du géant de l’immobilier Evergrande semble inévitable : que va faire le président chinois Xi Jinping ?

Les choses vont de mal en pis pour le géant chinois de l’immobilier Evergrande. La société menace de s’effondrer sous le poids de sa lourde dette, avec des conséquences pour des millions d’acheteurs et de constructeurs immobiliers chinois. La grande question est la suivante : Pékin va-t-il intervenir ?

Evergrande est un énorme promoteur immobilier chinois qui compte environ 1.300 projets dans 280 villes. Ses problèmes financiers se sont accélérés ces derniers jours. Les grandes agences de notation et les investisseurs obligataires sont peu convaincus que le géant en difficulté sera en mesure de payer toutes ses dettes impayées à temps. Selon eux, la société du milliardaire Hui Ka Yan est donc pratiquement en faillite.

Ces derniers jours, la société a subi une dégradation de sa notation après l’autre. Le marché table sur une perte de valeur de 75 %. Evergrande a tenté de gagner du temps en demandant aux bourses de Shanghai et de Shenzhen de suspendre la négociation de ses obligations, mais cela ne fait qu’éroder davantage la confiance dans l’entreprise.

Un cercle vicieux

La confiance n’était que la pierre angulaire de l’ensemble du modèle commercial du promoteur immobilier. Maintenant que la confiance des clients, des fournisseurs et des financiers a disparu, tout le monde joint le geste à la parole et les liquidités disponibles pour Evergrande se tarissent rapidement :

  • Des ruraux chinois qui rêvaient d’avoir leur propre appartement moderne en ville ont acheté leur maison sur plan à Evergrande bien avant que le bloc d’appartements ne soit terminé. Mais en raison des problèmes financiers du géant de l’immobilier, les clients deviennent méfiants et refusent d’accorder des avances.
  • Les fournisseurs ont eux aussi commencé à se méfier et ont cessé de construire en masse, craignant de ne pas être payés. Cela crée un cercle vicieux : les clients doivent attendre plus longtemps leur nouveau logement et poursuivre Evergrande en justice. Ce tapage décourage les nouveaux clients potentiels de faire affaire avec le promoteur du projet.
  • Il y a quelques années encore, Evergrande pouvait facilement s’endetter auprès des banques d’État et des grands investisseurs, de sorte que sa dette totale s’élevait à l’équivalent de 300 milliards de dollars. Mais maintenant, tout le monde ferme le robinet de l’argent, laissant le groupe dans une situation désespérée.

Lehman Brothers

Même la vente d’urgence de projets de construction inachevés et d’autres actifs – Evergrande s’est déployé ces dernières années dans des secteurs aussi divers que l’eau, le football, les médias et les voitures électriques – n’aide pas. Les acheteurs potentiels ne sont pas intéressés ou attendent des remises plus importantes. De plus en plus d’observateurs en sont convaincus : à moins qu’un autre milliardaire chinois n’apparaisse soudainement comme le sauveur de Hui Ka Yan, seul le gouvernement chinois sera en mesure de sauver Evergrande de la faillite.

Des centaines d’institutions financières auraient des dettes envers le groupe. Certains prédisent même un méga choc à la Lehman Brothers. La faillite de cette banque d’affaires a fait exploser la crise financière de 2008. Il existe toutefois des différences : les risques de contagion au système financier international semblent moins importants à première vue et il n’y a pas de véritable effet de surprise cette fois-ci.

Option 1 : crash d’Evergrande

La question est de savoir si et comment le gouvernement chinois va désamorcer la crise. Pékin avait précédemment mis un terme à l’expansion rapide du conglomérat Anbang et avait également restreint le groupe HNA. Le président Xi Jinping pourrait en théorie punir l’accumulation de dettes hors de contrôle d’Evergrande en laissant simplement l’entreprise s’effondrer.

Cependant, les conséquences sociales et financières seraient alors incalculables. Le géant de l’immobilier représente quelque 4 millions d’emplois directs et surtout indirects. Il y aurait également entre 1,2 et 1,4 million de maisons inachevées en attente d’achèvement. Une faillite incontrôlée pourrait entraîner des manifestations de rue par des victimes en colère.

Option 2 : nationalisation rapide

Dans le passé, Pékin aurait pu procéder à une nationalisation immédiate de l’entreprise privée. Mais bien que les problèmes à Evergrande s’éternisent depuis des mois, cela ne s’est pas encore produit. Cela suggère à la communauté des investisseurs que pour Xi, plutôt que de favoriser une nationalisation d’urgence aveugle, un scénario plus graduel a été poursuivi depuis plusieurs mois, selon lequel le gouvernement finira par intervenir, mais de manière plus subtile.

Option 3 : démantèlement contrôlé

De nombreux observateurs s’attendent donc à une sorte de solution provisoire, le gouvernement prenant temporairement le contrôle pour stabiliser Evergrande, avant de le démanteler. Xi n’a aucun intérêt à sauver Evergrande en tant qu’entreprise, selon ce raisonnement, mais fera tout ce qui est en son pouvoir pour calmer toute agitation sociale dans la classe moyenne chinoise.

Pékin ne doit pas nécessairement intervenir en tant que gouvernement central non plus. La province de Guangdong pourrait intervenir en fournissant des garanties en vue d’une restructuration de la dette et d’une vente de certaines parties d’Evergrande avec l’aide du gouvernement.

À lire également:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20