La Chine a stoppé ses investissements pour sa « Nouvelle route de la soie » en Russie, preuve que les sanctions occidentales font leur effet

Le grand projet géopolitique et économique de Xi Jinping, China Belt & Road, n’a fait aucune progression en Russie au cours du premier semestre 2022. Un véritable coup d’arrêt pour éviter les sanctions occidentales. Et c’est le Moyen-Orient qui en profite.

Pourquoi est-ce important ?

La Nouvelle route de la soie est un ensemble de liaisons maritimes et terrestres (chemins de fer) qui traversent l'Europe continentale et le nord de l'Afrique, en passant par le Moyen-Orient autour du bassin méditerranéen, pour rejoindre la Chine. Débutée en 2013, elle était la priorité absolue de la diplomatie chinoise sous Xi Jinping. Concrètement, il s'agit de construction d'infrastructures portuaires, ferroviaires et terrestres qui doivent permettre à la Chine de s'approvisionner en matières premières et de peser sur la scène internationale par ses investissements.
La Nouvelle route de la soie et ses 6 corridors en 2016. Credit : China Britain Business Council.

Si la Russie est parvenue à augmenter sa balance commerciale de par les prix élevés de l'énergie, dire que les sanctions occidentales n'ont aucun effet est très loin de la vérité. Une nouvelle preuve concrète est la chute à zéro des investissements chinois dans le cadre de la Belt & Road Initiative (BRI) au premier semestre.

Aucun nouveau contrat n'a été signé entre la Russie

Cet article premium est réservé aux abonnés
Devenez un abonné et obtenez un accès immédiat et illimité à tous les articles. Maintenant à partir de 1,99€/mois.

Oui, je veux avoir accès à tous les articles premium
Peut être annulé à tout moment
Déjà abonné ? Connectez-vous .
Plus d'articles Premium
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20