« Il y a trop d’incertitude avec les fournisseurs russes » : le géant indien de l’acier interrompt ses importations de charbon en provenance de Russie

Tata Steel, l’un des plus grands sidérurgistes indiens, a déclaré qu’il cesserait d’importer du charbon russe. L’entreprise agit ainsi en raison des « incertitudes » découlant des sanctions occidentales imposées à la Russie, rapporte le journal économique britannique Financial Times.

Tata Steel était le plus grand importateur indien de charbon russe au premier trimestre. La société aurait importé pas moins de 617 000 tonnes de charbon du pays en guerre, selon les données de la société CoalMint, rassemblées par le FT. Mais Tata a passé ces commandes avant que la Russie n’envahisse l’Ukraine.

« Pour assurer la continuité de nos activités, nous avons cherché d’autres sources d’approvisionnement en matières premières, car les transactions avec les fournisseurs et les banquiers russes sont actuellement entachées d’incertitude en raison des sanctions internationales imposées à la Russie », a déclaré un porte-parole de Tata Steel au FT.

Une demande insatiable de charbon

L’Inde a un besoin insatiable de charbon. Non seulement le pays est fortement tributaire du charbon pour la production d’acier, mais il utilise également ce combustible fossile pour 70 % de son réseau électrique. En outre, le pays connaît actuellement une vague de chaleur d’une intensité inhabituelle qui a entraîné l’arrêt de 20 centrales électriques au charbon dans le pays.

C’est l’une des raisons pour lesquelles New Delhi aurait augmenté les importations de charbon russe en mars à un niveau jamais atteint depuis plus de deux ans. C’est ce que révèlent des données antérieures de l’agence d’information sur les produits de base Kpler.

L’État d’Asie du Sud, qui dépend fortement des importations pour son approvisionnement énergétique, s’était déjà laissé tenter par le pétrole que la Russie veut écouler à bas prix. Ainsi, l’Inde a déjà acheté 13 millions de barils de pétrole brut aux Russes depuis le 24 février. C’est presque autant que les 16 millions de barils prélevés en 2021.

Plus difficile

Mais plusieurs analystes ont noté que les sanctions contre Moscou ont rendu plus difficile le paiement de ses produits de base. La Russie a exigé que les acheteurs de ses produits paient en roubles pour éviter le dollar et d’autres devises.

Si l’Inde et la Russie ont envisagé de payer en monnaie locale pour les règlements commerciaux (il a été question pendant un certain temps de mettre en place un mécanisme d’échange pour les transactions entre la roupie et le rouble), ces projets n’ont pas abouti.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20