Hong Kong perd de sa superbe : près de la moitié des entreprises internationales veulent partir

La moitié des entreprises européennes présentes à Hong Kong indiquent dans un rapport vouloir quitter l’île, au moins partiellement, dans les 12 mois à venir. Près de la moitié des entreprises américaines considèrent faire leur bagages également. Les raisons principales sont les règles strictes concernant la crise sanitaire et le resserrement de plus en plus forts de Pékin.

Hong Kong a longtemps été synonyme de ville pour les affaires, stable, relativement libre, où il fait bon vivre en tant qu’expat travaillant pour une grosse boîte de la finance. Mais le vent tourne, et la moitié d’entre les société européennes réfléchissent à lever le cap, l’année prochaine. C’est ce que montre un rapport de la Chambre de commerce européenne à Hongkong.

25% des entreprises des entreprises veulent entièrement quitter la ville dans les 12 mois, 24% veulent déplacer leurs activités en partie. 17% seulement n’ont pas de plans de relocation, montre le rapport. Les autres 34% des entreprises ne sont pas encore sûres.

Zéro-covid? zéro attractivité.

En premier lieu, les mesures sanitaires, tout aussi strictes que celles en Chine continentale, poussent les entreprises vers la sortie. Les quarantaines forcés jusqu’à trois semaines, dans des hôtels, à frais personnels, sont notamment très fastidieux pour les voyageurs entrants, comme les travailleurs internationaux. Cette politique pèse tellement sur les entreprises qu’elle l’emporte même sur les éléments qui font normalement l’attractivité de la ville, c’est-à-dire sa connexion internationale mais en même temps sa proximité à la Chine, ainsi que ses opportunités pour les affaires.

La ville lâche cependant du lest, récemment. Les quarantaines sont passées à sept jours et des interdictions de vols ont été levées, rapporte CNN Business.

Une étude similaire, publiée en janvier avait montré que 44% des entreprises américaines considéraient également partir. La gestion de la crise sanitaire était également pointée du doigt.

La fin d’une époque?

Le covid semble être la goutte qui fait déborder le vase. A côté du covid, la mainmise de plus en plus forte de Pékin sur l’île, ancienne colonie britannique qui avait toujours profité d’un statut spécial, et sur sa politique jusque-là démocratique (comme avec la loi sur l’extradition qui a mené à de violentes manifestations en 2019, et une loi sur la sécurité qui limite la liberté d’expression) joue également en défaveur de l’attractivité.

Dans le rapport de la Chambre de Commerce américaine, cité par CNN, 80% des entreprises indiquent être impactées par la loi sur la sécurité. La moitié indique que le bien-être des employés en a également pris un coup, et que certains ont même émigré suite à cela.

La ville de Hong Kong, hub international et place forte des affaires en Asie, semble donc perdre de sa superbe.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20