Le secteur financier de Hong Kong craint la fuite des cerveaux avec le départ massif des expatriés

La ville chinoise de Hong Kong a déjà connu un important exode d’expatriés ces derniers mois. Ce phénomène risque de s’accentuer au cours de la période à venir, et ce problème pourrait compromettre le statut de Hong Kong en tant que centre international de la finance.

En particulier, ce sont les mesures sévères prises contre la pandémie qui semblent coûter cher à la ville.

Mesures de quarantaine

Par rapport à de nombreux autres endroits dans le monde, Hong Kong, une ville de 7,4 millions d’habitants, a relativement peu souffert de l’épidémie. Cependant, la ville suit la politique stricte du gouvernement chinois en matière de coronavirus, qui a entraîné des quarantaines strictes au cours des deux dernières années. Les visiteurs, quel que soit leur statut vaccinal, doivent compter avec des quarantaines obligatoires dans les hôtels, qui peuvent durer jusqu’à trois semaines. Et la personne confinée doit y payer elle-même son séjour.

Toutefois, cette approche stricte n’a pas permis d’éradiquer le virus. « De nouvelles infections sont encore signalées et rien n’indique que le gouvernement souhaite assouplir les restrictions », souligne Reuters. « Par conséquent, de plus en plus d’expatriés commencent à penser à partir ».

« Selon les experts, de nombreuses banques internationales, des gestionnaires d’actifs et des cabinets d’avocats risquent de perdre une part importante de leur personnel une fois les bonus annuels versés. » Cela signifie que d’ici l’été, une proportion importante d’expatriés quittera Hong Kong.

Direction Singapour

Une enquête a révélé que plus de 40 % des membres de la Chambre de commerce américaine de Hong Kong envisageaient de quitter la ville, en particulier à cause des restrictions sur les voyages internationaux.

« Cela menace le secteur financier en particulier, qui risque de perdre beaucoup de talents« , a souligné Tara Joseph, présidente de la Chambre de commerce. « La fuite des cerveaux menace de devenir un problème majeur. En outre, beaucoup pensent que les emplois dans ce secteur seront principalement occupés par des spécialistes de la Chine continentale. »

Les chiffres du milieu de l’année dernière montrent que plus de 75 000 personnes avaient déjà quitté Hong Kong en 12 mois. Depuis septembre, la ville doit également déclarer cinq mois de sorties nettes ininterrompues.

Dans le même temps, le nombre de demandes de visa a diminué d’un tiers. Dans le secteur financier, il y a même eu une baisse de 23 %.

Les spécialistes de la finance soulignent que Singapour est actuellement un meilleur choix pour leur secteur que Hong Kong. « De plus en plus, les banquiers d’Asie travailleront depuis Singapour », note Christian Brun, directeur général du cabinet de recrutement Wellesley. « Cela s’est déjà produit avec des fonds spéculatifs et d’autres investisseurs. Maintenant, c’est le tour des banquiers. »

Les autorités de Hong Kong minimisent la fuite imminente des cerveaux. « La lutte contre le coronavirus a été la priorité absolue au cours de la période récente », indique le rapport. « En outre, des investissements sont réalisés dans les talents afin de compenser toute perte potentielle d’expertise. Le centre financier de Hong Kong continuera à attirer les talents locaux et internationaux. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20