20.000 euros le billet d’avion: des Hongkongais prennent des jets privés pour pouvoir quitter la ville avec leurs animaux

De nombreux Hongkongais quittent la ville, et veulent emporter leur animal de compagnie avec eux. Mais les vols commerciaux sont souvent annulés en dernière minute, ou il est difficile de trouver une place juste pour rapatrier son animal. Les propriétaires décident alors de prendre des jets privés, même en groupe.

Hong Kong connaît un exode de sa population. D’un côté, des stratégies anti-covid strictes poussent des personnes, notamment des expatriés, à quitter le territoire, et d’un autre coté des personnes partent à cause des troubles politiques depuis 2019 et d’une mainmise de plus en plus ferme de la Chine. Au Royaume-Uni, au Canada et en Australie des programmes d’immigration spéciaux sont même en place. Sur la première moitié de l’année 2021, la population de la ville avait baissé de 1,2%.

Mais par les temps qui courent, quitter la ville peut s’avérer compliqué. La situation sanitaire peut vite changer, et des interdictions de vols en provenance de telle ou telle régions sont régulièrement imposées. De nombreux vols sont ainsi annulés, en partance aussi. Une nouvelle qui chamboule les plans de tout voyageur, mais qui a encore plus de conséquences pour un voyageur accompagné de son animal.

C’est que pour voyager avec un animal, il faut faire des examens vétérinaires au préalable, qui ont une certaine période de validité. Le temps de chercher un autre vol, l’examen peut alors perdre sa validité, explique Annett Schirmer, un académicienne qui veut quitter Hong Kong avec ses trois chiens et son chat pour retourner en Europe au mois de mai, au Financial Times. Des préparations qui prennent des mois peuvent tomber à l’eau à cause d’annulations de vols en dernière minute.

« Co-avionnage »

Annett Schirmer cherche alors un vol privé sur les réseaux sociaux. Si les vols commerciaux peuvent être annulés peu avant l’échéance, il est plus facile d’organiser son vol avec un jet privé. Cette tendance accroît depuis ces derniers mois. Des personnes se regroupent pour prendre un jet privé, comme pour faire du co-voiturage, ou « co-avionnage », si on veut. Une tendance que reconnaît également Chris Phillips, responsable des transports médicaux et d’animaux auprès du locataire de jets Air Charter Service.

Mais ce n’est pas donné. Le prix, pour le passager et son animal, est entre 150.000 et 200.000 dollars de Hong Kong (17-22.000 euros). « Ce qui est triste c’est que pour beaucoup de personnes, le chien est un membre de la famille. Ils tirent la courte paille en payant ces tarifs extrêmement élevés », analyse Steve Pheby, consultant pour Ferndale Kennels and Cattery, entreprise de déplacement d’animaux.

Il indique au FT qu’avant la pandémie, les déplacement était plus ou moins équilibrés entre imports et exports, mais aujourd’hui les exports représentent entre 90 et 95% de ses activités. Il constate aussi que de plus en plus de personnes se tournent vers des vols privés.

Une autre entreprise de déplacement d’animaux, Pet Holidays, a vu les demandes de vols privés exploser. Sur l’année 2021, elle en a organisé 18, contre aucun en 2020. Les vols allaient principalement aux Royaume-Uni, mais également au Canada, à Taiwan et à Singapour. Pour 2022, elle s’attend à une vingtaine de vols.

Top Stars Air, une entreprise qui gère de vols d’affaires, dit aussi avoir organisé 12 vols l’année passée. Aujourd’hui, elle a jusqu’à 20 demandes par jour. Le mois prochain, un vol partira pour Londres, avec à bord sept animaux et six personnes.

Rapatrier les animaux

Si certains voyagent avec leurs animaux, d’autres sont déjà partis et essayent de rapatrier leurs animaux. Traditionnellement, les animaux sont alors envoyés dans les avions de fret, ou encore en soute des avions avec passagers. Mais avec les retards dans les chaines d’approvisionnement, il peut s’avérer compliqué de trouver une place, et les propriétaires passent alors à des jets privés pour ramener leur ami à quatre pattes.

Après avoir attendu six mois, sans trouver de place, Bianca Ho a ainsi décidé de demander un transport en jet privé pour ramener son chien Caviar à Londres. « Même si c’est trop cher pour nous, c’était une expérience spéciale. En plus, nous étions très inquiets de savoir que le chien allait rester dans la soute pendant 12 ou 13 heures. Mon chien est très émotionnel et sensible », estime-t-elle.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20